La ministre de l’Éducation nationale Nouria Benghebrit a présidé, hier, la cérémonie d’ouverture de la première session de formation destinée aux cadres pédagogiques de l’éducation nationale . Thème retenu «Le développement des compétences professionnelles des professeurs ». En compagnie de l’ambassadeur de Grande-Bretagne en Algérie Andrew Noble, Mme Benghebrit a exposé les objectifs de la collaboration algéro-britannique dans le domaine de l’éducation. Elle «entre dans le cadre de la coopération entre les deux pays pour améliorer les aptitudes professionnelles et renforcer l’expérience des inspecteurs de l’éducation dans l’accompagnement des enseignants». Elle a appelé les cadres pédagogiques à profiter de «cette référence» que représente le secteur éducatif britannique, «riche par sa culture et dont la qualité éducative est reconnue mondialement». Pour les cadres pédagogiques algériens, s’inspirer des expériences étrangères est «une nécessité afin de s’adapter aux changements structurels de toutes les sociétés» auxquels la nôtre n’échappe pas. 

Un suivi pérenne est indispensable, selon la ministre de l’Education, en termes de formation des cadres éducatifs. «Valoriser les compétences à travers une formation continue des enseignants et des inspecteurs constitue la clé de la réussite de notre modèle éducatif», a insisté Nouria Benghebrit. La mise en place de cette collaboration a pour but «de donner les outils nécessaires au personnel éducatif afin de s’acclimater à l’évolution de l’apprentissage des élèves», a-t-elle précisé.
Pour l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage de la langue anglaise en Algérie, la ministre de l’Education nationale a soutenu la nécessité pour les cadres pédagogiques de montrer une réelle disponibilité afin d’améliorer leurs compétences dans ce domaine, afin d’encadrer à leur tour les enseignants, notamment ceux en début de carrière, et de faciliter leur intégration dans le système éducatif.
Le lancement des sessions de formation destinées au personnel pédagogique de l’enseignement arrive après plusieurs échanges entre les autorités algériennes et britanniques. «Il y a trois ans déjà, le président algérien Abdelaziz Bouteflika et le Premier ministre britannique David Cameron s’étaient accordés à œuvrer à densifier les relations algéro-britanniques et mettre l’éducation au cœur de leur coopération», a rappelé Andrew Noble, l’ambassadeur britannique à Alger. Celui-ci a également souligné les différents échanges entre la ministre algérienne de l’Education et ses homologues britanniques, ce qui a permis à Nouria Benghebrit de s’enquérir des spécificités du modèle éducatif au Royaume-Uni tout en exposant les besoins de l’Algérie dans le cadre de la réforme de son système éducatif. «Il ne s’agit pas d’importer un modèle éducatif en Algérie, mais plutôt d’échanger mutuellement nos expériences pour prendre le meilleur de chacun et donc tendre vers une amélioration de nos systèmes d’éducation», a tenu à préciser l’ambassadeur britannique non sans rappeler que son pays lui-même s’était grandement inspiré des modèles suédois et néo-zélandais. Les inspecteurs de l’enseignement d’anglais des cycles moyen et secondaire des 48 wilayas seront désormais formés afin de développer les normes d’enseignement de cette langue au sein de l’école algérienne. L’établissement Ruskin Education a été mandaté par le British Council pour la mise en œuvre de cette mission grâce à une équipe de formateurs «établis localement».