Neuf villes de sept pays ont déclaré leur intérêt pour l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2026, s’est félicité hier le Comité international olympique (CIO), à dix-huit mois de l’élection de la ville hôte, en septembre 2019. Après Pyeongchang (2018) et Pékin (2022), quelle ville accueillera les Jeux olympiques d’hiver en 2026 ?

S’il faudra encore patienter quelques mois pour répondre à cette question, on connaît depuis ce mardi les neuf villes intéressées par cette perspective. Il s’agit de Graz (Autriche), Calgary (Canada), Cortina d’Ampezzo et un dossier commun Milan-Turin (Italie), Sapporo (Japon), Stockholm (Suède), Sion (Suisse) et Erzurum (Turquie). Ces neuf villes se sont engagées dans la première phase de dialogue (jusqu’en octobre 2018) qui sera suivie d’une seconde phase de candidature officielle raccourcie (d’octobre 2018 à septembre 2019). « Notre objectif n’est pas seulement d’avoir un nombre record de candidatures » « Je me réjouis sincèrement de l’intérêt manifesté par les CNO et les villes pour l’accueil des Jeux olympiques d’hiver. Le CIO a tourné une page pour ce qui est des candidatures olympiques. Notre objectif n’est pas seulement d’avoir un nombre record de candidatures. Ce que nous voulons au final, c’est choisir la meilleure ville possible pour l’accueil des meilleurs Jeux olympiques d’hiver pour les meilleurs athlètes de la planète», a confié le président du CIO, Thomas Bach. Les candidatures olympiques, notamment pour les Jeux d’hiver, s’étaient en effet faites rares ces dernières années. Pour 2018, Pyeongchang l’avait emporté contre Annecy et Munich tandis que pour 2022, seules les villes de Pékin (Chine) et Almaty (Kazakhstan) étaient en lice dans une course remportée par la mégapole chinoise.