Le Directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), le professeur Fawzi Derrar, a annoncé, hier, l’identification de sept nouveaux foyers de contamination à la Covid-19, dont la capitale, mais également dans les wilayas à l’Est et au Sud, selon une enquête épidémiologique sur l’évolution du virus dans le pays qui sera bientôt publiée. Il s’agit, notamment d’Alger, de Blida, de Jijel, de Mila, d’El Tarf, d’Ouargla et d’Aïn Témouchent.
S’exprimant, hier, à l’émission «L’Invité de la Rédaction» de la Chaîne III de la Radio algérienne, le Pr Fawzi Derrar a précisé que cette enquête épidémiologique a révélé que les principaux foyers de contamination sont «familiaux», soulignant qu’il s’agit de «rassemblements non indispensables».
Il souligne à ce sujet, «l’organisation de mariages et de célébrations non réglementaires» dans certains endroits marqués par «le relâchement des gestes barrières». Il déplore ainsi le fait que la multiplication des regroupements familiaux est responsable «d’énormément de cas de contaminations et de pertes de vies». Fort de ce constat, il relance un appel à une prise de conscience collective, appelant les Algériens à faire preuve de plus de vigilance à respecter plus sérieusement les mesures de prévention. Pour éviter que le virus «reparte» car toutes les conditions sont en train de se réunir pour cela, notamment la baisse des températures dans les prochains jours.

Avec le risque de confusion entre la grippe saisonnière et les symptômes du coronavirus, le Pr Derrar a tenu à souligner que «la vaccination antigrippale ne protège pas contre le Coronavirus, mais seulement contre la grippe saisonnière», ajoutant que «le virus de la grippe n’est pas encore en phase de circulation car activant, généralement, dès fin décembre». Il rappelle que le lancement de la campagne de vaccination est prévu le 3 novembre prochain et que 1,8 million de doses de vaccin antigrippal ont déjà été commandés en attendant d’autres commandes au mois de décembre. Par ailleurs, afin de circonscrire rapidement les foyers de contamination, l’Algérie réceptionnera dans les jours à venir les tests antigènes permettant de dépister directement le Coronavirus», a annoncé le Directeur de l’Institut Pasteur d’Alger. «Ce qui va changer la donne par rapport à l’épidémie du Coronavirus, c’est l’apparition de tests antigènes rapides que l’Algérie réceptionnera dans les jours à venir. Ces tests détectent directement le virus et ont une très bonne sensibilité», souligne-t-il. Le recours à ses tests antigènes permettrait de palier, dès lors, à «l’absence de tests PCR», estime le Pr Derrar, tout en affirmant que les efforts continuent à être déployés par l’Etat afin «d’élargir et d’uniformiser» l’accès à ce type de dépistage à travers l’ensemble du territoire national et ce, d’ici mars 2021, se félicitant de la dotation d’un plus grand nombre de laboratoires privés en PCR.
Préconisant le renforcement de certaines mesures préventives, comme le télétravail, le Pr Fawzi Derrar appelle à éviter les rassemblements dans certains lieux comme les universités, les marchés et les commerces. Il déclare à ce sujet qu’«il faut être très sérieux» en revenant aux gestes de base que sont la «distanciation physique et le port d’un masque de protection, des gestes qui peuvent contribuer à sauver des vies». Le Directeur général de l’Institut Pasteur estime également que le re-confinement ne doit pas être «écarté». Interrogé en effet sur la possibilité de reconduire les mesures de confinement partiel, Dr. Derrar estime «qu’on ne peut rien écarter. Il faut prendre des décisions justes quand les conditions qui favorisent une recrudescence des contaminations sont réunies».
Le Directeur de l’Institut Pasteur d’Alger insiste encore une fois que le respect strict des gestes barrières demeure l’unique moyen de juguler la propagation du coronavirus, en attendant que le vaccin soit disponible. «Eu égard aux recherches actuelles, les premières doses du vaccin ne seront pas disponibles avant début 2021, alors que les campagnes de vaccination de masse ne pourront pas avoir lieu avant le printemps de la même année».