La sensibilisation quant à la nécessité de respecter les gestes barrières continue d’être au-devant de la scène. C’est dans ce sens que s’inscrit «l’appel à un partenariat» avec les organisations de la société civile pour la mise en œuvre d’une «campagne de sensibilisation nationale sur les gestes barrières» pour contenir la propagation de la pandémie de la Covid-19 en Algérie.

PAR INES DALI
L’appel au partenariat est lancé conjointement par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, la Délégation de l’Union européenne (UE) en Algérie et le Programme des Nations Unies pour le Développement en Algérie (PNUD), a-t-on appris hier dans un communiqué du PNUD.
Cette initiative vient à point nommé en ces temps où le relâchement est constaté un peu partout, d’où l’implication de la société civile qui doit être la plus proche des citoyens. Cet appel à partenariat est donc «ouvert aux Associations nationales et de wilaya disposant d’adhérents, de moyens et d’expérience sur le terrain pour mener des campagnes de sensibilisation auprès de leurs populations cibles», est-il indiqué dans le communiqué. Les associations dont les propositions d’actions sont retenues comme éligibles à une subvention seront par la suite «liées contractuellement avec le PNUD par le biais d’une convention de financement qui fixera leurs obligations», est-il encore souligné.
«Le partenariat avec les Organisations de la société civile se fera sous forme d’appui financier à la mise en œuvre d’activités de sensibilisation de la population sur le maintien des mesures de distanciation physique et des gestes barrières de prévention contre la propagation de la maladie», selon les précisions de la même source. Cette dernière fait savoir que le cahier des charges et les documents de l’appel à partenariat sont accessibles à travers le lien https://procurement-notices.undp.org/view notice.cfm?notice_id=77410. Il convient de noter que cette initiative de partenariat avec la société civile entre dans le cadre du projet de «Réponse solidaire européenne à la Covid-19 en Algérie» financé par l’Union européenne avec un montant de 43 millions d’euros, est-il rappelé dans le communiqué.
Le projet de «Réponse solidaire européenne à la Covid-19 en Algérie» a été signé en décembre dernier et son objectif est de «soutenir l’effort du gouvernement algérien pour enrayer la propagation de la pandémie de Covid-19 dans le pays et en atténuer les effets». Cet accord prévoit, souligne-t-on, une réponse intégrée en trois volets.
Le premier a trait à la «dotation des structures sanitaires publiques en équipements médicaux, en matériels de dépistage précoce et en équipements de protection» au profit du personnel soignant. Le second volet prévoit «la formation d’environ 5000 cadres et praticiens de la santé publique (médecins, infirmiers, techniciens) à l’utilisation des équipements». Quant au troisième volet, il se penche sur les aspects de la «communication» et de la «sensibilisation de la population, à travers notamment des partenariats avec la société civile active sur le terrain».
A ce jour, le projet a réceptionné «400 000 tests antigéniques, 100.000 kits d’extraction PCR, 20.000 tests PCR, et deux appareils de dépistage, distribués par l’Institut Pasteur d’Algérie aux établissements sanitaires» à travers le pays. n