C’est officiel, après de nombreuses rumeurs qui ont circulé sur les réseaux, l’édition 2020 de la Biennale de Dakar est reportée en application des mesures prises par le gouvernement sénégalais pour lutter contre le coronavirus, annonce le site officiel de la Biennale.  

Le ministre sénégalais de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a annoncé, dans un communiqué officiel  publié le 20 mars, le report à une date ultérieure de la 14e édition de la Biennale de l’art africain contemporain (Dak’Art 2020), initialement prévue du 28 mai au 28 juin à Dakar.
«Dans le but de lutter contre la propagation de la maladie et de préserver la santé des populations, le gouvernement de la République du Sénégal a pris des mesures préventives, parmi lesquelles la suspension des manifestations publiques et l’interdiction des regroupements dans les endroits ouverts ou clos », argumente le ministre de la Culture sénégalaise dans le communiqué pour expliquer les raisons de ce rendez-vous différé.
Les nouvelles dates seront communiquées par les moyens les plus appropriés, a-t-il indiqué dans le communiqué annonçant ce report. Par cette décision, le ministère de la Culture et de la Communication veut ainsi se conformer à la décision du président de la République sénégalaise, Macky Sall, de suspendre les manifestations publiques et d’interdire les regroupements dans les endroits ouverts ou clos, à cause de la pandémie du coronavirus, explique le texte.
La quatorzième édition de la Biennale de l’art africain contemporain avait été officiellement lancée, le 18 novembre dernier, au musée des civilisations noires de Dakar.
Le Ghana et la Chine sont pressentis comme pays invités d’honneur. « La Biennale de Dakar se veut un cadre de méditation et de «publicisation» pour une forme de création esthétique et aussi de la matérialisation d’une Afrique dont le destin est d’accompagner le monde nouveau », souligne le site de la manifestation.  
Cette année, les organisateurs avait choisi comme thème général « Ĩ’Ndaffa/Forger/Out of the Fire ». « Ĩ ndaffa », qui signifie « forger », illustre le fait que cette édition 2020  s’intéresse au thème de la création, à l’acte fondateur de la création africaine dans sa diversité, à l’action de forger, de travailler la matière et les textures. Pour cette année, 64 artistes internationaux avaient été retenus pour l’exposition internationale, dont 7 Sénégalais. Sur le site officiel de Dak’Art 2020, le ministre sénégalais de la Culture  avait souligné qu’« en trente années qui vont s’écouler, en 2020, nous montrent que la Biennale de l’art contemporain reste le champ de la création artistique qui a connu le développement le plus important avec un engouement des publics divers et nouveaux toujours croissant  ». Ajoutant que «le lien spécifique et très singulier qui unit la communauté artistique et les publics divers à l’institution de la Biennale, permet de développer un rapport particulier au temps, additionnant la force de l’événement à la nécessité de la mémoire et de l’action permanente ».n