C’est fait, le RND a son candidat pour les sénatoriales partielles du 29 décembre prochain. Il s’agit de Abderrezak Filali, P/APC de la commune de Hamma Bouziane, âgé de 35 ans. Le suspense n’a pas été de mise, ni avant l’opération électorale, ni pendant le scrutin, car des proches de la direction du RND nous avaient affirmé, lors du rassemblement du parti au niveau du palais de la culture Malek-Haddad, présidé par le porte-parole du parti, Seddik Chihab, que les jeux étaient déjà faits et que l’envoyé d’Ouyahia à Constantine était présent pour s’assurer de la cooptation de Filali.

D’ailleurs, Seddik Chihab a assisté au début du vote, puis a passé le relais à Saïd Redouane, le secrétaire général de wilaya et ex-sénateur du RND, pour suivre le déroulement du scrutin.
Sans surprise, les lièvres ayant accompli leur travail, les bulletins de vote dégageront Abderrezak Filali comme lauréat avec 56 voix en sa faveur sur un total de 84.
Yacine Zekri, vice-président de l’APW de Constantine, récoltera 19 bulletins favorables, tandis que Hadj-Amor Bennacer et Nemra Souad, membre de la même APW, n’engrangeront respectivement que 8 et une voix.
Les jeux sont donc faits, aussi bien pour le RND que pour le FLN, et leurs deux candidats devront s’affronter pour l’unique siège de candidat pour la wilaya de Constantine. Les urnes devront logiquement désigner Ahmed Kharchi comme vainqueur, le FLN disposant d’une large majorité, aussi bien au sein de l’APC qu’à l’APW. Néanmoins, la candidature de Kharchi «a été imposée par Ould Abbès», clameront plusieurs militants élus du FLN. Ils promettent déjà de voter contre leur propre candidat le 29 décembre prochain, en représailles contre le secrétaire général du parti qui a démissionné mais qui n’a pas… démissionné.
C’est pourquoi, les militants du vieux parti devront jurer sur le saint Coran de voter pour Kharchi. Une «recommandation» de Ould Abbès. Mais sachant que les élus de ce même parti avaient fait serment, il y a quelques années de cela, de voter pour leur candidat, mais que les bulletins avaient montré le contraire, gageons que le parjure pourrait être, encore une fois, le mode de conduite des militants du FLN. Pour le plus grand bien de Abderrezak Filali