Après le RCD qui a désigné Hessas Malek, membre de l’exécutif national et élu à l’APW, comme candidat du parti aux sénatoriales de décembre prochain, à l’issue des primaires organisées au courant du mois d’octobre dernier, c’est au tour de Ouahab Aït Menguellet

, transfuge de ce parti et actuel maire de Tizi Ouzou, suite aux élections de novembre de l’année passée, d’être désigné tête de la liste indépendante Tagmats (fraternité). Ouahab Aït Menguellet a fait acte de sa candidature officielle, lors d’une rencontre organisée, hier, au musée régional du Moudjahid de Tizi Ouzou. Parmi le panel d’invités qui ont répondu à l’invitation de l’édile communal de Tizi Ouzou, il y avait des figures connues de la chanson kabyle comme Ouazib Mohand Ameziane, Farid Ferragui, Ali Meziane, Fahem Mohand Saïd, et Taleb Tahar, des anciennes gloires de la JSK comme Iboud Mouloud, Rafai Mustapha, Kolli Dris. Côté politique, il y avait le coordinateur du bureau de wilaya du RND, le député Tayeb Mokadem, le coordinateur de wilaya du PT, des représentants du MPA et de Taj ainsi que d’anciens cadres du RCD, comme l’ancien sénateur Mohand Ikharbane, et l’actuel député indépendant Nordine Aït Hamouda, et Hakim Saheb, ex-député du même parti. Il y avait aussi le député indépendant de Tizi Ouzou et transfuge du FFS, Belkacem Benbelkacem, et Lamine Osmani, chef du groupe des indépendants à l’APN. Outre les indépendants, les élus du TAJ, du MPA et du PT ont tenu à répondre à l’invitation du maire de Tizi Ouzou.
La présence de ces élus et de leurs responsables organiques au niveau de la wilaya est significative et peut être interprétée comme un signe de ralliement en faveur de la candidature du maire de Tizi Ouzou, lors du vote des grands électeurs, le 31 décembre prochain.
«Si je viens devant vous aujourd’hui, c’est pour vous annoncer que je suis prêt à postuler au mandat de sénateur. Je veux participer à l’édification du devenir de notre wilaya et de notre nation. Je veux construire notre destin avec vous», dira-t-il, à l’adresse des élus dont il sollicite le soutien à sa candidature.
Une candidature qu’il veut indépendante «consensuelle et rassembleuse», précisant qu’il se présente en dehors des partis mais pas contre les partis. «Il est impératif que nous incarnions ensemble cette unité crédible et salvatrice qui doit transcender les divisions idéologiques et partisanes qui ont longtemps inhibé le développement de notre wilaya», précisera Ouahab Ait Menguellet, qui est le deuxième candidat annoncé aux sénatoriales après Malek Hessas du RCD. D’autres partis s’apprêtent à dévoiler leurs candidats, soit par voie de désignation ou par vote interne (primaires). Des primaires que compte organiser le FFS, qui a fixé la date limite pour mercredi dernier, pour le dépôt des candidatures. Quatre dossiers de candidats ont été reçus par la commission administrative fédérale (CAF) l’instance du parti chargée de cette opération.
Le RND s’apprête à désigner les candidats au vote des élus du 31 décembre prochain, lors d’une réunion de l’Exécutif de wilaya du parti qui se réunira le 17 novembre prochain, en présence des élus APC et APW du parti. En revanche, on ne sait rien des intentions du FLN, qui doit probablement passer par les primaires selon les directives de la direction nationale. Rappelons que le collège des grands électeurs à Tizi Ouzou est composé de 1094 élus. Un nombre où le FFS détient la majorité avec 294 élus, suivi du RCD avec 283 élus. Le FLN en compte 150, le RND totalise 117, les indépendants sont au nombre de 133. Les élus du MPA sont au nombre de 38, de même pour TAJ, le PT en compte 24, le HMS 9. Quant au MEN, il dispose de 7 élus