Selon un rapport publié ce lundi par la FIFA, le nombre de transferts internationaux réalisés en 2020 a enregistré une baisse de 5,4%. Une première depuis dix ans.
C’est une conséquence de la pandémie de Covid-19 qui a lourdement impacté les plus grands clubs sur le plan économique. Selon un rapport publié lundi par la FIFA, le nombre de transferts internationaux réalisés au cours de l’année 2020 a enregistré une baisse supérieure à 5% sur un an.
Le total de mouvements répertoriés d’un pays à un autre a atteint 17.077, contre 18.047 en 2019, soit un total en recul de 5,4%. C’est la première baisse constatée depuis dix ans, relève la FIFA dans son «Global Transfer Market Report», tout en précisant que le niveau de 2020 reste supérieur à celui de 2018.

86,7% DE MOUVEMENTS SANS INDEMNITÉ
Sur l’ensemble des transferts d’un pays à un autre, la grande majorité (14.804, soit 86,7%) n’a entraîné le versement d’aucune indemnité. Sur les 2.273 transferts avec indemnité, plus de la moitié (55,7%) se rapportait à des mouvements de moins de 413.000 euros. Les dix transferts les plus coûteux, dont la FIFA n’a pas communiqué le montant, ont représenté environ 15% des indemnités totales versées. En tête de ce top 10 figure Kai Havertz, du Bayer Leverkusen à Chelsea, un transfert estimé par la presse britannique à plus 80 millions d’euros. Suivent Arthur (du Barça à la Juve), Victor Osimhen (de Lille à Naples) et Bruno Fernandes (du Sporting à Manchester United).
Le PSG figure dans ce classement pour avoir levé l’option d’achat sur Mauro Icardi en mai dernier, réalisant le premier transfert majeur du foot européen après la crise sanitaire du printemps. .