Le risque d’être infecté par le variant Delta du coronavirus après avoir reçu la première dose de vaccin reste important, selon un communiqué de presse publié lundi par le Statens Serum Institut (SSI), l’agence danoise de détection des maladies infectieuses, repris par l’APS. Un examen effectué par le SSI de l’incidence des infections parmi les personnes ayant reçu uniquement la première dose de vaccin au cours de la période comprise entre le 1er mars et le 13 juillet révèle que 22% de toutes les infections par le variant Delta se sont produites 14 jours après l’administration de la première dose. «Donc, même si les gens ont été vaccinés et ont reçu un passeport COVID, nous voyons encore beaucoup d’infections à variant Delta dans ce groupe», a déclaré Palle Valentiner-Branth, chef de département au SSI, dans le communiqué de presse. «C’est pourquoi les gens doivent savoir qu’ils peuvent toujours être infectés et doivent toujours suivre les conseils généraux sur la prévention des infections et ne pas attendre trop longtemps pour recevoir une autre injection». Actuellement, le programme national de vaccination du Danemark comprend les vaccins anti-COVID-19 de Pfizer/BioNTech et Moderna. Dans le même temps, le SSI a aussi souligné que même une seule injection de vaccin était suffisante pour assurer «un niveau élevé de protection contre une forme grave de la maladie et l’hospitalisation, que vous soyez infecté par le variant Alpha ou Delta». Selon un rapport du SSI en date du 5 juillet, le variant Delta représente plus des deux tiers de tous les cas positifs au Danemark, et il devrait bientôt devenir la souche dominante, provoquant un nouveau pic de cas confirmés. Parallèlement, le SSI a enregistré 772 nouvelles infections à la COVID-19 et un décès au cours des dernières 24 heures, portant le total national à 312.292 cas et 2.543 décès.