La wilaya de Tizi-Ouzou présente «une sensibilité très élevée aux glissements de terrain», selon un rapport de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) présenté mardi. En effet, le rapport de la Commission «Agriculture et Hydraulique» présenté lors de la session extraordinaire de l’APW de Tizi-Ouzou consacrée à l’adoption du budget primitif pour l’exercice 2022 et à l’évaluation des risques majeurs au niveau de la wilaya, a fait ressortir qu’une superficie de 353 hectares (ha) est menacée par des glissements de terrain. Ces mouvements de terrain «affectent des versants de forte inclinaison au Sud (Schiste et calcaire) et des pentes faibles au Nord (Marnes et argiles)», est-il relevé dans le document qui note» l’existence d’une relation étroite entre l’activité des instabilités et le climat». Sur 67 communes que compte la wilaya de Tizi-Ouzou, 39 sont concernées par les phénomènes de glissement de terrain. Ces communes ont connu 84 glissements d’une superficie supérieure à 2 hectares (ha). Le document fait également ressortir que trois (3) localités sont particulièrement menacées par ces mouvements de terrain à savoir Azazga avec une superficie de 203 ha menacés, dont 43 ha présentant un risque très élevé et 160 ha un risque élevé, le centre-ville de Ain El Hammam avec trois (3) ha dont le risque très élevé et six (6) à risque élevé, ainsi que la région de Tigzirt avec 100 ha à risque très élevé et 41 ha à risque élevé. S’agissant des causes de ces mouvements, elles sont répertoriées par le rapport en trois (3) catégories à savoir les glissements provoqués par plusieurs facteurs climatiques, au nombre de 55 soit 65,48% du phénomène, trois (3) résultent du déboisement combiné à d’autres facteurs climatiques représentant 3,57% et ceux déclenchés par les aménagements anarchiques et des actions climatiques au nombre de 26 soit 30,95%. Le wali Djilali Doumi a rappelé qu’une commission multisectorielle a été installée pour étudier et prendre en charge le phénomène de glissement de terrain. Lors des débats, des élus ont soulevé différentes lacunes dans la gestion de ce phénomène, a l’exemple de l’urbanisation anarchique et non contrôlée et le manque de prévision et de projection. Lors de la session extraordinaire de l’APW de Tizi-Ouzou, le budget primitif pour l’exercice 2022 d’un montant de 1.862.259. 859, 94 DA a été adopté. <