Le président-directeur général de Sonatrach a fait part d’un « état d’alerte maximale » contre la pandémie du coronavirus au sein du groupe, évoquant un travail avec « discernement » même si l’entreprise est appelée à « durcir » certaines procédures pour préserver la santé de ses employés. D’autant plus que la firme nationale se doit de maintenir son rythme de production en cette conjoncture d’urgence sanitaire, à laquelle s’est greffée une situation économique inconfortable induite par la chute des prix du pétrole.
Une alerte que vient de signifier, une nouvelle fois, le chef de l’Etat au groupe Sonatrach, chargé de réduire de 14 à 7 milliards de dollars les charges d’exploitation et les dépenses d’investissement afin de préserver les réserves de change.
S’agissant du quotidien du groupe dans cette conjoncture particulière, c’est son patron, Toufik Hakkar, qui a affirmé, via un post sur la page Facebook de Sonatrach, que le groupe est désormais dans un « état d’alerte maximale » contre le coronavirus comme dans tout le pays notamment depuis dimanche, qui a vu l’Algérie passer au stade 3 exigeant, cela va de soi, davantage de vigilance, de mobilisation et de sensibilisation.
M. Hakkar a indiqué, dans le même message, que « l’entreprise travaille avec discernement même si elle est parfois appelée à durcir les procédures pour protéger la santé de ses employés et contribuer aux efforts nationaux consentis pour protéger la santé publique ». Dans son message, le P-DG de Sonatrach a mis en évidence la nécessité pour les travailleurs du groupe de « renforcer les mesures de sensibilisation et de prévention contre le Covide-19 ». Le même responsable a relevé, à cet effet, que « même si la contamination en Algérie reste relativement modérée, cela n’a pas empêché Sonatrach de prendre, dès le début, toutes les mesures préventives nécessaires en application des directives et recommandations des autorités sanitaires nationales ».
« Depuis l’apparition des premiers cas en Algérie, précise M. Hakkar, nous avons suspendu les voyages des étrangers envers nos installations et procédé à la prise d’une série de mesures préventives sur le terrain », a-t-il souligné. Il a cité, dans le registre des efforts de préventions, « l’intensification des opérations de nettoyage et de désinfection au niveau de tous les sites, la mise en place de gels hydro-alcooliques à l’accès des bases, et l’obligation pour les agents de nettoyage de porter des tenues de sécurité ».
Dans ce sillage, M. Hakkar a indiqué que la direction générale a veillé à « la continuité de la production en préservant uniquement les employés principaux, soit au niveau des unités opérationnelles ou des sièges de l’administration et à l’arrêt des permanences dans les unités du Sud ».
Parallèlement à cette mesure, le Groupe Sonatrach a en outre procédé à la restriction d’accès aux unités et bases de vie, la fermeture des réfectoires pour les remplacer par d’autres, demandant aux personnels qui ont des congés de les prendre sans toucher au fonctionnement des structures où ils travaillent, a expliqué son patron.
Et c’est aussi par précaution que la même direction avait pris la décision de suspendre tous les stages au niveau de la direction et l’unité de travail jusqu’à nouvel ordre, décidant la réduction des réunions pour se limiter uniquement aux réunions principales. Aussi, Sonatrach a interdit les visites spéciales aux sièges du travail, appelant les structures de l’administration générale et des unités opérationnelles à informer la direction de la sécurité interne de planifier les visites, d’allonger la pause déjeuner, a relevé son premier responsable.
Ce dernier fera également savoir que les départements supervisant les entreprises de construction ont été également invités à étudier « la possibilité de réduire la main-d’œuvre ou de suspendre les chantiers temporairement », exhortant l’ensemble des travailleurs à « faire preuve de vigilance, à rester mobilisés et à faire confiance à l’efficacité des mesures prises pour contrer toute éventuelle évolution ». A l’adresse des départements de la santé, de l’administration et de la sécurité du groupe, M. Hakkar a appelé à se serrer les coudes pour « rehausser l’efficacité des interventions et faire face aux retentissements de cette situation épidémiologique ».
Invitant ainsi les travailleurs à avoir « le sens du devoir et l’esprit patriotique, en réduisant au maximum les risques de contamination », M. Hakkar a souligné que cette démarche « ne saurait se concrétiser sans le recours à la discipline collective et individuelle, au calme et à l’assiduité », mais avant tout, « au respect impératif par chacun de nous des recommandations et consignes des autorités sanitaires, seules habilitées à nous renseigner sur les pratiques à entreprendre en cette conjoncture et aux éventuels risques de l’évolution du virus ».
Le groupe Sonatrach a pris, pour rappel, avant-hier, une batterie de mesures préventives comme « la mise en congé spécial payé » des femmes travailleuses, à l’exception de celles activant dans le médical, des femmes enceintes et de tous les travailleurs souffrant de maladies chroniques, et le renforcement du plan de communication et de sensibilisation au niveau des unités du complexe ».