Rebondissement et grosse surprise : Djamel Ould Abbès est toujours secrétaire général (SG) du Front de libération nationale (FLN), a déclaré, hier, Mohamed Bouabdellah, le président du groupe parlementaire du FLN.

S’exprimant en marge des élections sénatoriales primaires en vue du renouvellement partiel des membres du Sénat, tenues au siège du parti à Hydra (Alger), M. Bouabdellah a surpris en annonçant que « le secrétaire général du FLN, Ould Abbès n’a pas démissionné et ne s’est même pas retiré du parti ». « Il est malade et actuellement en convalescence et nous lui souhaitons un prompt rétablissement», a-t-il précisé. Questionné à propos des raisons de sa supervision aux primaires des sénatoriales, Bouabdellah a expliqué furtivement qu’il avait « été désigné pour cette opération bien avant la maladie du secrétaire général». Visiblement gêné par les questions de la presse, Bouabdellah n’a pas voulu poursuivre le jeu de questions réponses préférant s’en remettre à l’opération de dépouillement des primaires prévues dans l’après-midi. Dans le même temps, la direction de la communication du FLN a remis à la presse un communiqué dans lequel Djamel Ould Abbès s’est exprimé en utilisant le « je » et dans lequel on pouvait lire que « je me trouve en période de repos après le malaise dont j’ai été victime ». Et de poursuivre en démentant l’ensemble des déclarations que « certains organes de presse » lui ont endossés à propos de sa démission : « Je n’ai fait aucune déclaration et tous les propos qui m’ont été attribués par certains organes de presse sont dénués de tout fondement et je déments formellement toutes les rumeurs en rapport avec ce sujet », a-t-il encore précisé dans le communiqué en question. Cette déclaration inattendue a laissé pantois l’ensemble des journalistes en place et même les élus locaux FLN présents sur place pour les élections primaires : « On ne comprend pas ce qui se passe » lance un élu APC d’Alger qui souligne que « Ould Abbès est censé avoir démissionné le mercredi dernier». En effet, l’agence presse service (APS) avait rapporté en citant une source officielle qu’Ould Abbès a décidé « de quitter ses fonctions de Secrétaire général de ce parti en raison de soucis de santé qui lui imposent un congé de longue durée ». « L’intérim sera assuré par Mouad Bouchareb en attendant que les organes habilités du parti du FLN se prononcent sur son remplacement, précise-t-on de même source », a précisé l’agence presse service. Pourtant, Bouchareb Mouad, le président de l’Assemblée nationale (APN) censée assurer l’intérim n’a pas été aperçu lors des primaires, jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse. Aussi les élus locaux du FLN totalement désorientés par la déclaration surtout au regard des propos tenues, hier à Annaba, par Mahdjoub Bedda, le ministre chargé des relations avec le Parlement. Présent, en effet, à une réunion des anciens élus du FLN (lire l’article de M. Rahmani), Bedda a considéré « d’opportuns les changements intervenus à la tête du FLN ». « Nous remercions le président de la République pour ces changements qui permettront un nouveau départ aussi bien pour le parti que pour les militants », a-t-il noté. Cette situation confuse et les déclarations contradictoires ont jeté un trouble aux primaires des sénatoriales qui se sont déroulées dans un climat empreint d’inquiétudes.