Le secteur des télécommunications, en Algérie, a connu au cours de l’année 2017 une baisse quasi-générale de ses activités. A l’exception du nombre d’abonnés de la 4e génération de la téléphonie mobile (4G) qui a grimpé de 573,37%, le reste des activités ont enregistré un déclin, a souligné hier, Mohammed Ahmed Nacer,

président du conseil de l’Autorité de régulation des postes et télécommunication (ARPT) lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du rapport annuel sur l’activité des postes et télécommunication en Algérie au cours de l’année 2017, tenue à l’hôtel Soltan à Alger.
Dans sa présentation, le conférencier a fait état d’une baisse du nombre d’abonnés de la 3G en 2017.
« Au 31 décembre 2017, le parc d’abonnés 3G a atteint 21,592 millions contre 24,227 millions à fin 2016, soit une diminution de 11%. Cette évolution négative est due à une migration partielle des abonnés de la 3G vers la 4G, ce qui constitue une tendance naturelle », explique Mohammed Ahmed Nacer. Concernant les abonnés de la GSM, la même source annonce des chiffres plus effrayants.
« Le parc d’abonnés GSM a atteint 14,385 millions abonnés au 31 décembre 2017, contre 20,125 millions en 2016, soit une diminution de 29%. Cette diminution s’explique essentiellement par la migration des abonnés vers les réseaux de nouvelles technologies 3G et 4G », a affirmé le premier responsable de l’ARPT. Poursuivant la présentation du rapport de son Autorité sur l’activité du secteur des télécommunications, il dira que la téléphonie fixe n’échappe pas à la tendance baissière.
« Le nombre de lignes de téléphone fixe est passé de 3 174 759, en 2016, à 3 130 090, soit une baisse de 44 669 lignes.
Elle est plus importante pour la téléphonie fixe WLL. Le nombre d’abonnés de ce type de téléphone fixe a baissé de 99,93%. Ils sont passés de 229 950 à 171 seulement», dit-il. Interrogé à donner une explication à cette baisse, le conférencier dira que ce déclin est dû essentiellement à l’opération d’assainissement menée par l’opérateur Algérie Télécom en 2017. « A fin décembre 2017, 57,60% des ménages disposent d’une ligne de téléphonie fixe », a-t-il révélé.
La comparaison entre le nombre d’abonnés de la téléphonie fixe filaire (3 130 090 abonnés) et le nombre d’abonnés ADSL (2 246 918) fait ressortir que 883 172 abonnés disposent d’une ligne fixe sans Internet ADSL. La proportion des ménages disposant d’un accès Internet à fin 2017 (45,04%) a enregistré une augmentation de 3,50 points de pourcentage par rapport à 2016 (41,54%). Entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre de la même année, le nombre d’abonnés de la 4G est passé de 1 464 634 à 9 867 671, soit une hausse de 573,37%.
Le chiffre d’affaires global réalisé en 2017 par les quatre opérateurs exerçant dans les segments fixe et mobile s’élève à 429,4 milliards de dinars, contre 444,5 milliards de dinars réalisés en 2016, soit une diminution de 3,40%. Un déclin qu’impute l’orateur à deux facteurs essentiels. Le premier est lié à la baisse des investissements des opérateurs en 2017, notamment après le déploiement de la 4G, et le second concerne la baisse des prix des offres des opérateurs. A une question sur l’impact de la crise financière qui frappe le pays sur l’activité des télécommunications, Mohammed Ahmed Nacer dira que son institution ne dispose pas assez de données pour évaluer cet aspect.

La 4G en plein essor
Contrairement à la 3G, le parc d’abonnés 4G a enregistré une forte hausse, passant de 1,465 million abonnés à fin 2016 à 9,868 millions à fin 2017, soit une évolution de plus de 570%. Cette progression est due essentiellement à la migration des abonnés GSM et 3G vers la nouvelle technologie 4G. Le document précise que l’opérateur public Mobilis arrive en tête avec 3 505 803 abonnés suivi par Djezzy en seconde position avec 3 459 409 abonnés, tandis que l’opérateur Ooredoo arrive en troisième et dernière position avec 2 902 459 abonnés. La quasi-totalité des abonnés 4G préfère la mode Prepaid. Pour le déploiement de la 4G sur le territoire national, le parton de l’ARPT a fait savoir que les trois opérateurs continuent la couverture des wilayas. Au 31 décembre 2017, 41 wilayas sur 48 ont été couvertes par au moins un opérateur, 31 wilayas par deux opérateurs et, enfin, 20 wilayas sont couvertes par les trois opérateurs.