Afin de célébrer le premier anniversaire de la constitutionnalisation de tamazight, langue officielle et nationale, le HCA a tracé une nouvelle feuille de route en termes de perspectives pour « la promotion de tamazight » notamment par la mise en conformité des textes juridiques avec la nouvelle Constitution.


Petite rétrospective. Le 7 février 2016, les parlementaires des deux chambres réunies ont voté à une écrasante majorité la nouvelle Constitution qui, en son article 4, stipule que «tamazight est également langue nationale et officielle» et que «l’Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national». Mais loin des discours, plusieurs projets sont en attente comme l’académie et les textes réglementaires. Ainsi, pour marquer l’événement du premier anniversaire, le Haut-commissariat à l’amazighité (HCA) a organisé, hier, une conférence de presse au niveau de son siège sis Claude Debussy, où le secrétaire général du HCA, Si El Hachemi Assad, a affirmé qu’il est possible « dès cette année d’assurer la pose de jalons importants pour la mise en place des dispositifs de traduction auprès des institutions ». Comme exemple, il indiquera que « lors de la future Assemblée populaire nationale, 2017 sera l’année pour entamer le processus de réajustement et mise en conformité des textes juridiques avec la nouvelle Constitution ». Avant d’ajouter : « Une loi organique est en gestation et mérite une large concertation ».
Continuant dans ce volet, il dira que l’année en cours « sera aussi l’étape de la consolidation de la dynamique de travail développé par le HCA avec les différentes ministères », soulignant que « notre plaidoirie est de raviver le Comité interministérielle (CIM), qui s’est tenu qu’une seule fois en 1996 ».

L’académie de langue amazighe toujours en stand-by

Des informations avaient circulé sur son installation le 1er novembre 2016, mais se sont vite avérées infondées. Hélas, on est toujours au point zéro et l’académie en question tarde à voir le jour. Sur cette question, l’interlocuteur ne s’étalera pas trop longtemps, en soulignant qu’« il est nécessaire de recadrer le débat sur la nécessité d’une complémentarité entre le HCA et la future académie ». Il fera référence notamment à l’instauration d’une nécessaire concertation entre toutes les parties concernées par la préparation du cadre juridique d’application dont celui portant sur la création de l’académie.

Le HCA toujours sur le front de la promotion

Cela étant dit, le HCA n’a pas manqué de faire l’évaluation de son travail au profit de la promotion de Tamazight. A cette occasion, le SG dira que « nous œuvrons pour qu’elle soit aussi prolifique, notamment avec la création d’un centre national en langue et culture amazighes à Bejaïa et la mise en place des jalons d’une académie de la langue amazighe ». Il citera également l’accompagnement du HCA aux efforts du ministère de l’Education nationale pour une généralisation graduelle conformément au protocole paraphé entre les deux institutions en février 2015. C’est ainsi que l’enseignement de tamazight est dispensé à travers 32 wilayas au cours de cette année scolaire 2015/2016. Par ailleurs, en collaboration avec l’association algérienne «Iqraa» et l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adulte (ONAEA), 350 apprenants ont bénéficié d’une initiation à l’écrit de tamazight ponctuée par des remises d’attestations de succès le 25 juin 2016, a-t-il ajouté. Par ailleurs, l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le processus de promotion de tamazight s’est concrétisée par le lancement par le HCA, en avril 2015, de l’application Azul pour l’apprentissage de tamazight. <

Un timbre pour commémorer le premier anniversaire
A l’occasion de la célébration du premier anniversaire de l’officialisation de la langue tamazight, un timbre-poste a été lancé par Algérie Poste, symbolisant l’ancrage national de tamazight. La cérémonie a été présidée par la ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, Imane Houda Faraoun, en présence du directeur d’Algérie Poste, Nacer Saih. La vente anticipée de ce timbre a débuté, hier, dans les 48 recettes principales des postes situées aux chefs-lieux de wilaya.