Le secteur de la formation professionnelle sera renforcé, dans la wilaya de Souk-Ahras, par la réception, dès la rentrée de février prochain, d’un institut national spécialisé en construction, travaux publics et agriculture, réalisé dans la commune de Sedrata, a-t-on appris samedi auprès de la direction locale du secteur.

Cette infrastructure achevée à 100 % comporte un amphithéâtre de 350 places ainsi qu’un internat de 120 lits et générera 300 postes d’emploi, selon la même source. On n’attend plus que l’équipement nécessaire et la désignation de l’équipe des encadreurs, des enseignants et des administrateurs, a précisé la même source. Cet institut proposera diverses spécialités notamment dans le domaine du béton armé, métreur vérificateur et étude des prix et dessinateur en ciment armé, a précisé la même source. Le wali Abdelghani Filali a insisté récemment, lors de sa visite d’inspection de ce projet, sur l’introduction de filières agricoles, dont la culture des légumes, les arbres fruitiers et l’industrie agroalimentaire et de transformation, sachant que la wilaya de Souk-Ahras, qui revêt un caractère agricole et forestier par excellence, connaît actuellement une dynamique dans le domaine de la promotion de l’investissement agricole. Cette nouvelle réalisation sera mise au diapason des technologies modernes notamment dans le domaine de la formation de la main-d’œuvre.
Un autre institut national spécialisé en agriculture est, par ailleurs, en cours de concrétisation dans la commune de M’daourouch, d’une capacité de 300 places et d’un internat de 120 lits. Il comprend des spécialités portant sur l’élevage des petits animaux, la santé animale et la culture des plantes médicinales. Selon cette même source, il a également été procédé récemment au lancement d’un troisième projet de réalisation d’une structure similaire spécialisée dans le tourisme, les métiers des eaux et l’environnement, implanté dans la ville de Souk-Ahras. L’entrée en service de ces nouveaux établissements de formation permettra de renforcer les capacités d’accueil en la matière et l’ouverture de nouvelles spécialités, tout en contribuant à assurer une main-d’œuvre qualifiée dans les domaines concernés, a-t-il ajouté.