La direction de la sécurité publique (DSP) relevant de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a présenté hier son bilan 2020. Résultat : moins d’accidents de la route, notamment en raison des mesures de limitation de la circulation inscrites dans le plan de confinement et de lutte contre la Covid-19, mais davantage d’infractions liées à la progression des activités commerciales informelles…
Lors de la présentation du bilan 2020 des activités de la Direction de la sécurité publique (DSP), on relève des hausses d’infractions et des baisses d’accidents de la route que l’on pourrait imputer à la restriction des horaires de circuler mise en place dans le cadre des mesures de confinement par souci de prévention à la pandémie du coronavirus. Ainsi, au registre des infractions à la hausse, le rapport, lu hier au siège de la DSP à Alger par le directeur de cette instance et également contrôleur général de police, Aïssa Naïli, fait ressortir que le commerce informel sur la voie publique a manifestement augmenté, puisque les services de police ont dû intervenir par 27 330 sorties en 2020 lesquelles se sont soldées par 13 007 interpellations contre 23 890 interventions et 8 357 interpellations en 2019. Toujours dans ce même registre, le nombre de taxis clandestins sous le coup de la mise en fourrière de leurs véhicules s’est élevé en 2020 à 8 410 contre 5 200 en 2019. Concernant les accidents de la route, ils ont sensiblement baissé, selon le contrôleur général, dus en partie aux horaires de confinement qui limitent le temps de circulation des personnes. Pour la précision, le bilan fait ressortir 15 992 accidents enregistrés en 2019 contre 13 314 en 2020, soit une baisse de 16,75%.
Au chapitre des infractions pour non-respect des mesures sanitaires, le bilan fait mention de 1 185 934 personnes contrôlées dont 452 861 mises à l’arrêt. Toujours pour non-respect des mesures sanitaires, il a été mis en fourrière 68 869 véhicules et 22 225 engins à deux roues. Quant au nombre de commerçants n’ayant pas appliqué les mesures barrières de prévention contre la propagation du virus Covid-19, il s’élève à 37 381. Le bilan fait également mention que la Direction de la sécurité publique a effectué des opérations de désinfection des places et édifices publics avec 3 342 actions dans ce sens.
Dans un autre registre, celui des activités de la police urbaine de l’environnement, on apprendra la mise en évidence de 37 196 cas d’atteintes à l’urbanisme et à l’environnement, en 2020, contre 34 370 en 2019, soit une augmentation de 08,22%. Pour le détail de la nature de ces atteintes, le bilan fait mention de 19 586 cas d’infractions spécifiques à l’urbanisme, en 2020, contre 15 352 en 2019 et 17 610 atteintes à l’environnement en 2020 contre 19 018 en 2019.
Concernant le volet maintien de l’ordre, il a été comptabilisé 1 532 coupures de la circulation en 2020 contre 1 347 en 2019. On relèvera aussi 254 fermetures d’entreprises en 2020 contre 638 en 2019. Quant aux activités ayant trait à la sensibilisation de prévention réalisées au cours de la même année, le Contrôleur de police Aïssa Naïli indique que la DGSN a entrepris près de 90 000 actions de sensibilisation au profit des usagers de la route.
A noter, également, que le Directeur général de la DSP, après lecture du bilan, a valorisé tous les efforts consentis par la Direction générale de la Sûreté nationale dans la lutte contre les accidents de la route et le maintien de l’ordre. Il a aussi mis en relief l’importance capitale du volet préventif dans la sécurité routière et celle des personnes et de leurs biens.