Les prix sortie d’usine dans le secteur industriel public (hors hydrocarbures) ont connu une hausse de 0,6% durant le 1er trimestre 2020 par rapport au dernier trimestre 2019, où l’augmentation s’était située à 2,4%. Selon l’Office national des statistiques (ONS), qui rapporte l’information, cette variation haussière des prix sortie d’usine a été essentiellement tirée, par ordre décroissant, par les industries des cuirs et chaussures, des énergies, mines et carrières, textiles et des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques et électriques (ISMMEE). Pour le détail, les industries des cuirs et chaussures ont affiché un relèvement de 7,6% et par le secteur énergie (3,8%) durant le 1er trimestre de l’année en cours et par rapport au dernier trimestre 2019. Ils sont suivis par le secteur des mines et des carrières qui a augmenté de 2,6%, a fait savoir l’ONS, qui précise que celles du secteur des textiles ont aussi connu une hausse, mais de moindre ampleur avec +0,6%.
On apprend également de cette même source que cette tendance haussière a également touché les prix à la production des industries de l’agroalimentaire (0,3%) et les ISMMEE avec 0,2% durant les trois premiers mois 2020 et par rapport au 4e trimestre 2019, est-il précisé dans la publication de l’ONS rendue publique samedi dernier. Au registre des secteurs industriels, qui ont connu une stagnation de leur prix sortie d’usine, on retrouve respectivement les industries chimiques, les industries des bois et liège et enfin les industries diverses, alors que les prix des industries des matériaux de constructions ont reculé de 0,3% durant la même période de comparaison. On lit également que durant le 1er trimestre 2020 et par rapport à la même période 2019, l’Office a relevé que la majorité des secteurs ont connu des hausses, les plus importantes ont concerné les industries des cuirs et chaussures (11,2%), les mines et carrières (5,5%), l’énergie (4,4%), les textiles (3,5%) et les ISMMEE avec 3,3%. L’office fait mention que d’autres secteurs ont également connu des hausses de prix à la fabrication, mais de moindre ampleur. Il s’agit, notamment, des industries agro-alimentaires (+1,7%), des industries du bois, liège et papier (0,5%), les matériaux de construction (+0,4%).
Dans d’autres secteurs industriels, les prix à la production ont connu une stagnation tels que les industries chimiques et les industries diverses. Pour rappel, l’évolution moyenne annuelle des prix à la production industrielle publique hors hydrocarbures sur toute l’année 2019, avait augmenté de 2,8% par rapport à 2018.
En définitive et à travers ces données, il faut croire que les entreprises du secteur industriel public n’ont pas eu d’autres alternatives que de hisser leur prix sortie d’usine suite à une revue à la hausse de leur coût à la production engendrée en partie par la période de confinement où les entreprises ont dû faire face à des dépenses supplémentaires les poussant pour les combler à élever leur prix sortie d’usine.