L’activité du secteur économique public a connu un redressement au cours du 3e trimestre de l’année en cours. Elle a enregistré une hausse de 4,1% par rapport au même trimestre de 2016, situant le taux de croissance à plus de 2,1% sur les neuf premiers mois de l’année 2017, indique l’APS en citant l’Office national des statistiques (ONS).

Cette hausse a été essentiellement tirée par les secteurs, respectivement, des industries textiles, des cuirs et chaussures, des industries agroalimentaires, des matériaux de construction et des industries des bois et papier, alors que des contreperformances ont été enregistrées dans le secteur des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) ainsi que celui des industries chimiques. Pour la sidérurgie, le déclin s’explique par l’arrêt des activités du complexe El Hadjar durant l’été en raison du manque d’eau enregistré dans la région de Annaba.
Dans le secteur de l’énergie, la croissance a été de 10,5% entre juillet et fin septembre 2017. Néanmoins, la production des hydrocarbures a enregistré une baisse de 1,6% comparativement à la même période de 2016. Cette tendance résulte d’un recul de la production du pétrole brut et du gaz naturel de 2,9%, ainsi que d’une baisse dans l’activité de raffinage de pétrole brut de l’ordre de 2,3%, relève l’ONS.
En revanche, la liquéfaction du gaz naturel a enregistré une hausse de 6,2% (+2,4% au 2e trimestre 2017). Pour ce qui est des mines et carrières, la production a diminué de 15,6% au troisième trimestre 2017, sauf pour l’extraction du minerai de fer qui a haussé de 13,1% et celle du sel qui a augmenté de 4,6%. Mais de tous les secteurs industriels, la plus forte croissance a été observée dans les industries textiles avec une hausse de 27,2% induite par les biens intermédiaires (+15,1%) et les biens de consommation (+58%). De son côté, la production des cuirs et chaussures s’est ressaisie en marquant un redressement de 19,5% au troisième trimestre 2017. Cette tendance a été générée aussi bien par les biens de consommation (+ 40,1%) que par les biens intermédiaires (+11,3%). La hausse de la production a également concerné les industries agro-alimentaires avec une croissance de 13,2% grâce au travail de grains qui a affiché une croissance de 30,7% ainsi que la filière des tabacs et allumettes (+39,2%).
Le relèvement observé au deuxième trimestre 2017 pour les matériaux de construction s’est confirmé au troisième trimestre avec une hausse de 8% en raison d’une hausse dans la fabrication des liants hydrauliques de 13,6%. Bien que légère, une hausse a été enregistrée par les industries des bois et du papier de 0,5% suite à la hausse de certaines activités notamment l’industrie de l’ameublement (+24,6%) et l’industrie du liège (97,6%) mais qui ont été contrebalancées par une forte baisse de la menuiserie générale et biens intermédiaires en bois (-47,4%).
Par ailleurs, la fabrication de biens intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques a enregistré une baisse de (-3,2%), la sidérurgie et transformation de la fonte et acier de (-49,7%) et la fabrication des biens de consommation électrique (-39,6%).
La construction des véhicules industriels a connu une croissance 48,3%, et la fabrication de biens d’équipement électriques (+52%) et métalliques (+21,1%). Les industries chimiques ont affiché une baisse de 7,2% au troisième trimestre 2017. Cette tendance est perceptible au niveau des engrais et pesticides (-15,8%), de la fabrication des peintures (-16,8%) et de la chimie organique de base (-58,6%). Néanmoins, dans ce même secteur industriel, les produits pharmaceutiques ont vu leur production augmenter de 6,7% et la fabrication des autres biens plastiques se redresser de près de 6%.