Booster le marché de l’emploi national exige inéluctablement une relance économique effective et pérenne et surtout libérer l’investissement productif, source de postes d’emploi. Sur ce second point, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale Hachemi Djaaboub reste convaincu que c’est par la libéralisation de l’investissement que l’offre d’emplois peut se multiplier. «Cela exigera également la mobilisation de toutes les parties concernées avec, en première ligne, les cadres du secteur du travail et de l’emploi», a lancé entre autres Hachemi Djaaboub lors de son allocution à l’occasion de la tenue, avant-hier à Alger, de la Rencontre nationale des directeurs de wilaya et des inspecteurs du Travail, dont il faut rappeler que c’est sa première sortie sur le terrain après sa récente installation. Ce dernier a, par ailleurs, instruit l’assistance de consacrer plus d’effort à l’effet de rendre plus efficaces tous les dispositifs en place «dans le but de réduire le taux de chômage». Comme il a reconnu que la résorption du chômage n’est pas une mince affaire «mais on peut réduire le taux élevé si la volonté existe», a-t-il souligné. Poursuivant dans ce sens, «l’outil le mieux approprié pour rendre le marché du travail plus actif serait de numériser toutes les données afin que tout se déroule dans la transparence et pour que, notamment chaque demandeur d’emploi ne se sente pas lésé». Et sur ce dernier point, il a rappelé aux directeurs présents que le président de la République accorde une très grande importance à la problématique de l’emploi et à l’amélioration des conditions de travail. Dans ce contexte, le ministre a averti les cadres qu’ils seront dorénavant soumis à l’obligation d’obtenir des résultats sur le terrain. Et de lâcher dans ce sens : «Le laisser-aller est révolu et du coup ne seront maintenus à leur poste que ceux qui le méritent. Je puis vous assurer que je serai intransigeant chaque fois qu’il sera prouvé que tel ou tel a failli à sa mission.»
M. Djaaboub a par ailleurs indiqué que la crise sanitaire a pesé négativement sur le marché de l’emploi, rendant les offres d’emplois en net recul «et du coup la courbe de l’offre d’emplois est devenu descendante, mais nous restons optimistes quant à son redressement à la hausse».«La problématique de l’emploi et de lutte contre le chômage notamment en milieu des jeunes et des diplômés s’impose aujourd’hui plus que jamais, particulièrement après les répercussions de la situation sanitaire exceptionnelle mondiale sur les offres d’emploi, les revenus et l’échelle sociale», a-t-il fait savoir encore. Le ministre a affirmé aux directeurs et inspecteurs de wilaya que son département allait les soutenir dans leur mission «pour que tous ces jeunes diplômés au chômage ne perdent pas l’espoir de décrocher un poste», a-t-il indiqué, cependant il dira «être rigoureux dans la lutte contre toutes formes de laxisme ou d’inaction dans l’accomplissement des missions mais également contre tous types d’attitude bureaucratique».
Concernant les bénéficiaires de dispositifs d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP), le ministre a réitéré son engagement à «œuvrer en collaboration avec les secteurs concernés afin de suivre de près ce dossier et aplanir les difficultés qui l’obstruent».
Enfin, le ministre a souhaité que la Rencontre nationale se solde par des résolutions au bénéfice des demandeurs d’emploi et pour que les engagements du chef de l’Etat dans sa politique de résorber en partie le chômage endémique puissent devenir une réalité de terrain.