Sur les 9,3 millions de touristes qu’a reçus la Tunisie, en 2019, près du tiers, 3 millions plus exactement, sont des Algériens.
Un rapport qui donne une idée de ce que représente cet afflux de touristes algériens pour l’économie tunisienne. Comme il est facile de déduire que la Tunisie ne saurait se passer d’un apport financier aussi important venant des touristes algériens et de surcroît en nette augmentation ces dernières années. Une tendance à la hausse manifeste si l’on compare les chiffres de 2018 à ceux de 2019. En effet, selon le directeur de l’Office national tunisien du tourisme tunisien (ONTT) en Algérie, Foued El Oued, le nombre de visiteurs algériens en 2018 avoisirait 2 728 011 personnes, alors que ce nombre a grimpé, en 2019, à
2 934 975 soit de 7,6% par rapport à l’année 2018. Rappelons que le nombre de touristes algériens en Tunisie, enregistré en 2016, n’était que de 1,6 million.
Ce qui veut dire qu’en trois ans, le chiffre a triplé. Toujours à propos de cette forte augmentation d‘Algériens qui préfèrent passer leur vacances en Tunisie, le responsable de l’ONTT a expliqué dernièrement à un confrère qu’elle s’explique par la proximité entre les deux pays frères, surtout que les touristes algériens ont pris l’habitude d’aller en Tunisie avec leurs voitures, en plus du niveau des services et des prix, la qualité et la diversité du produit touristique tunisien, dont ils ont profité durant toute la saison passée. Toujours selon cette même source, l’Algérie a pris la tête du classement dans la région du point de vue du nombre global de touristes, expliquant que de nombreux Algériens sont devenus des « touristes permanents » du fait qu’ils ont visité la Tunisie plus d’une fois. Autre indication livrée par le directeur de l’ONT, l’Algérie se retrouve à la quatrième place au tableau des marchés de touristes étrangers qui ont enregistré un développement.
Pour le détail le marché anglais occupe la première place avec une croissance de +91,8% suivi du marché français (+15,4%), libyen (+32,5%), algérien (+8,4%), chinois (+8,4%) et, enfin, le marché russe avec une croissance de +5,4%.
Notons par ailleurs qu’avec un niveau de croissance de +8,5% du marché algérien, la Tunisie peut faire croître ce taux pour peu de diversifier les lieux de résidence pour les touristes algériens et à des prix défiant toute concurrence.
Les opérateurs tunisiens gagneraient également à exploiter à plus grande échelle l’opportunité que représentent les fêtes de fin d’année et dont nos concitoyens sont de plus en plus nombreux à vouloir le faire convenablement et à moindre coût. Il y a lieu enfin de savoir que le taux de contribution du secteur du tourisme au PIB de la Tunisie à la fin 2019 a atteint 14%. Un taux appelé à augmenter si l’on en croît les officiels tunisiens en misant davantage sur le filon « touristes algériens ».