Le marché algérien des assurances n’a progressé que de 2,2% en 2015 par rapport à l’année précédente et il est attendu qu’une croissance faible soit enregistrée en 2016. Selon le Conseil national des assurances, le chiffre d’affaires global du secteur est de 130,82 milliards de dinars en 2015 et il est porté essentiellement par la branche des assurances de personnes (assurance vie, voyages…) qui croît de 1,98 milliard de dinars (+23%) avec un total de 10,58 milliards.

Les professionnels indiquent que la marge de croissance est encore grande, car ils y voient un marché capable de générer 5 milliards de dollars.

Le CNA admet que, des années durant, le secteur a surfé sur la vague de la croissance à deux chiffres, mais a vu son poids en réduction « au point de quasiment stagner ces trois dernières années, conjoncture économique globale oblige ». Les pouvoirs publics, ayant toujours pris conscience de cette réalité, ont décidé d’engager une nouvelle ère de réforme du marché en engageant la réflexion, communément et en concertation avec l’ensemble des acteurs, dans la perspective de donner un nouvel élan et un coup d’accélérateur au secteur d’autant plus que le potentiel assurable, de l’avis même de l’ensemble de ces acteurs, est énorme, selon le secrétaire permanent du Conseil, Abdelhakim Benbouabdellah, s’exprimant dans une publication du secteur.
Il considère que le constat est vrai surtout en ce qui a trait aux assurances des personnes, « véritable gisement capable de tirer de nouveau vers le haut le chiffre d’affaires du marché algérien ». Il ajoute dans le Bulletin des assurances, du début de l’année, que la séparation des assurances des personnes de celles de dommages, décidée en 2006 par le biais de la loi 06-04, a été le précurseur, dès sa généralisation et mise en application à partir du 1er juillet 2011, d’une meilleure organisation pour une commercialisation plus adaptée aux réalités nationales. Cependant, de nouveaux efforts restent inévitables à tous les niveaux, y compris sur le plan de la législation à perfectionner constamment. Il est ajouté que les ambitions du marché demeurent intactes et que les voies et moyens pour parvenir à toutes les concrétiser ne tiennent qu’aux principaux concernés eux-mêmes, les sociétés, qu’elles soient spécialisées dans les assurances de personnes ou de dommages. Cela donne de nouveaux espoirs aux compagnies estimant que le marché des assurances de personnes en Algérie devrait croître plus vite durant les prochaines années pour arriver à un équilibre par rapport aux autres branches. La croissance du secteur des assurances en Algérie est tirée par les assurances de personnes ces dernières années, bien que cette branche ne représente que 8% du marché global. En 2015, l’assurance de personnes a évolué d’environ 20% contre 1% seulement pour les assurances dommages, alors que la tendance mondiale se situe au niveau de 50%, voire 60% pour ce qui concerne la part des assurances des personnes dans le chiffre d’affaires global du secteur. C’est dire que la marge de progression que les assureurs ont devant eux est grande.