Il faut dire que l’équipe nationale n’a pas tiré l’adversaire le plus « facile » pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022. En effet, le Cameroun a ses traditions en Afrique et au Mondial. Et ce qui rend la mission de l’EN plus compliquée est la courbe ascendante sur laquelle les Camerounais se retrouvent. Parallèlement, pour les Algériens, c’est le désarroi du roi déchu.

Par Mohamed Touileb
C’est une double confrontation qui sera cruciale. En mars prochain, l’équipe nationale jouera pour une place en Coupe du Monde 2022 au Qatar. Le destin a mis le Cameroun, qu’elle n’a jamais battu en match officiel, sur son chemin. D’ailleurs, c’est cette même sélection qui avait faussé le démarrage pour la campagne qualificative au Mondial 2018 en Russie. Elle est venue accrocher l’Algérie coachée par Milovan Rajevac au stade Mustapha Tchaker de Blida.
Feghouli, M’Bolhi, Slimani, Mahrez, Tahrat et Brahimi se souviennent de cette confrontation. Le sélectionneur de l’époque aussi parce que le résultat final a littéralement fait exploser la sélection et plombé d’emblée les rêves d’aller jouer la CDM russe. Surtout que la poule comptait le Nigéria et la Zambie aussi.

Équipe à réaction
Pour cette fois, ce ne sera pas une question de points mais de buts marqués sur les deux confrontations directes avec un retour en Algérie. Cela peut constituer un avantage. La condition est que les « Fennecs » négocient bien le premier acte loin des bases. Le tout face aux poulains d’Antonio Conceiçao qui se sont hissés au second tour de la CAN-2021 abritée chez eux sans vraiment impressionner.
Certes, ils ont pu glaner 7 points sur 9 dans la poule A. Cependant, ils ont montré une certaine fébrilité sur le plan défensif en encaissant à chacune de leur 3 sorties. Ils ont même été menés lors des deux premières rencontres contre le Burkina Faso et l’Ethiopie. Mais ils ont pu terminer devant au coup de sifflet final grâce à deux penalties face aux Burkinabés et des doublés de Vincent Aboubakar et Karl Toko Ekambi lors de l’explication avec les Ethiopiens (4-1). Ainsi, on peut clairement penser que c’est une équipe à réaction.

Aboubakar en menace principale
Présentement, le premier nommé est même meilleur buteur du tournoi avec 5 pions dont un autre marqué lors de Cap-Vert – Cameroun. Il est devenu co-meilleur buteur camerounais sur une édition avec Eto’o Samuel. C’est pour dire qu’il pourrait être la principale menace offensive. Il était, pour rappel, lors de la fameuse empoignade à Blida en plus d’être passeur décisif lors du match « retour » au Stade Ahmadou Ahidjo avec un succès 2-0 infligé à la troupe de Lucas Alcaraz.
Pour rebondir sur le Cap-Vert, il faut savoir qu’il a battu les Camerounais 3 buts à 1 le 26 mars dernier lors des éliminatoires de la CAN-2021 pour laquelle les héritiers de Roger Milla étaient déjà qualifiés en tant que pays hôte. Toutefois, cela montre que cette équipe n’est pas une foudre de guerre.
Il ne sert à rien de se liquéfier à l’idée de jouer cet adversaire. Ce n’est ni le passé, ni le passif qui décidera de l’issue de ce duel. Tout se jouera sur le terrain. Et ce bilan de 5 défaites et 2 nuls en 7 matchs officiels de l’Algérie, ne comptera pas puisque les compteurs seront à zéro au coup d’envoi.