En cette période de froid où chacun se calfeutre chez lui, particulièrement la nuit, où la température baisse sensiblement, les SDF à Annaba grelottent de froid essayant de s’abriter comme ils le peuvent. Qui au pied des immeubles, qui sous une porte cochère, sous un pont ou encore sous les arcades du Cours de la Révolution, à la gare SNTF, à proximité d’une boulangerie, l’essentiel est de profiter d’un semblant de chaleur qui les aiderait à passer ces longues nuits d’hiver.

Une virée du côté de la commune d’El Bouni et d’El Hadjar, avant-hier vers 22 heures, nous a permis de constater qu’il y a encore des âmes charitables qui s’inquiètent du sort de ces malheureux. Sans caméras, sans tambour ni fanfare, des citoyens ordinaires ont fait le tour de ces localités chacun offrant ce qu’il peut, couvertures, repas et boissons chaudes ou vêtements… Certains ont même passé du temps avec eux pour discuter et ainsi leur apporter cette chaleur humaine dont ils ont besoin. Les autorités locales ont, elles aussi, pris l’initiative d’aider cette catégorie de la population en mobilisant police, Protection civile et services de la direction de l’action sociale qui se sont déplacés la même nuit pour aider ces gens. Deux SDF ont été emmenés dans le centre pour personnes âgées de Sidi Belaïd où ils ont été pris en charge. Une action fort louable en ces temps de crise où le « chacun pour soi » a pris le dessus sur les valeurs de solidarité et d’entraide pourtant bien ancrées dans la société algérienne.

Un adolescent se suicide : soupçon de liens avec «la Baleine bleue»
Un adolescent de 14 ans s’est suicidé avant-hier en se pendant dans la cave de l’immeuble où il habitait dans la cité Pont-Blanc à Annaba. Certains rapportent que la victime ayant obtenu de mauvais résultats scolaires au premier trimestre a décidé de mettre fin à ses jours. D’autres soutiennent que le jeune garçon était un adepte du jeu «le défi de la Baleine bleue», un jeu morbide d’origine russe qui, au bout du 50e défi, pousse le joueur à se suicider. Cette dernière piste est prise très au sérieux par les enquêteurs des services de police qui ont pris l’affaire en main car il s’agit là d’un deuxième incident après celui enregistré, il y a quelques jours, suite à la tentative de suicide d’un jeune lycéen de 16 ans, lui aussi ayant participé à ce jeu. Selon un docteur psychiatre de l’EHS Errazi d’Annaba, le jeune en question, qui avait refusé de reconnaître avoir joué à « la Baleine bleue », avait pourtant dessiné cet animal sur sa main. Le service de lutte contre la cybercriminalité a expliqué qu’il est impossible de bloquer ce jeu sur la Toile car «si l’on a pu le faire sur Play Store, il reste une infinité de sites qui le proposent et ce, en dehors des partages sur les réseaux sociaux. Le seul moyen de lutter contre ce phénomène dangereux est la sensibilisation des jeunes et c’est ce que nous faisons au niveau des écoles et des collèges. Les parents doivent de leur côté surveiller les enfants et vérifier leurs activités sur Internet de sorte à les empêcher d’aller sur ces sites », a déclaré le responsable de ce service. M. R