Par Feriel Nourine
A la veille de la tenue des élections législatives, la revue El Djeïch a choisi de consacrer un long passage dans son dernier édito à ce rendez-vous que l’institution militaire juge «très important pour l’avenir du pays».
Dans un discours plutôt apaisant par rapport à ses deux précédents éditoriaux musclés contre, respectivement, des «parties ennemies» qui veulent porter atteinte au «lien étroit» entre le peuple et l’ANP, et les grèves et les manifestations sociales présentées comme un théâtre de manœuvres subversives et de courants hostiles à la tenue des législatives, l’organe édité par le ministère de la Défense nationale choisit de mettre en avant le rôle de l’institution militaire lors de ce type d’échéances.
Les mises en garde semblent laisser place à une mise au point assez explicite à l’adresse de ceux qui continuent d’accuser l’autorité militaire de peser de son poids dans les affaires politiques du pays, dont l’organisation des joutes électorales. «Il s’agit de lever toute confusion que certains cherchent à entretenir», écrit l’éditorialiste d’El Djeïch. En ce sens, l’ANP rappelle une fois de plus à ceux qui ont la «mémoire sélective» que «l’Armée nationale populaire est une armée républicaine qui continuera à tout jamais de s’acquitter de ses missions constitutionnelles, conformément aux lois de la République», souligne-t-il, inscrivant la démarche de l’institution militaire «dans un esprit d’engagement et de volonté constante de défendre la souveraineté et l’unité de l’Algérie, en s’abstenant ainsi de s’immiscer dans tout processus électoral».
Et si cette même institution devait intervenir dans ce type de processus, c’est «pour réunir les conditions idoines, à même d’assurer son déroulement en toute sécurité et permettre ainsi à notre peuple d’exprimer librement et en toute transparence son libre choix de ceux qui auront à le représenter au sein de l’instance législative, sans pression ni coercition», précise la même source.
Pour étayer son écrit, El Djeïch fera remarquer que les personnels militaires iront voter dans les bureaux de vote dans lesquels ils sont inscrits, à l’instar de l’ensemble des citoyens. En effet, et comme pour le déroulement de l’élection présidentielle du 12 décembre, «les éléments de l’Armée nationale populaire s’acquitteront, aux côtés de leurs concitoyens, de ce devoir national en exprimant leur voix en toute liberté et transparence», écrit encore la revue du MDN, avant de hausser, cependant, le ton pour pointer un doigt accusateur contre les «égarés» dont l’ANP «refuse de tomber dans le jeu», mais aussi «ceux dont l’incapacité à mobiliser les citoyens et à gagner leur confiance, cherchent vainement des justifications à leurs échecs et à leur déception» et que «l’Armée nationale populaire refuse également de servir de marchepied», insiste-t-elle.
Dans le même édito, El Djeïch revient sur trois exercices tactiques avec munitions réelles «raâd 2021», «El Hasm 2021» et «SaHQ 2021», exécutés en mai dernier sous la supervision du chef d’état-major de l’ANP Saïd Chanegriha. Elle met en évidence la haute importance de ces exercices qui se sont déroulés respectivement dans les deuxième, troisième et première régions militaires, sachant qu’elles sont inscrites dans le cadre de «la poursuite du processus de renforcement des capacités de l’Armée nationale populaire sur tous les plans».
Dans cette logique, l’édito évoque les orientations de Saïd Chanegriha qui mettent l‘accent sur «la poursuite de l’édification d’une force dissuasive, capable de faire face à toute forme d’agression et de trahison, en continuant sur cette démarche scientifique rigoureuse et ambitieuse, qui a pour devise le maintien de la disponibilité opérationnelle pour faire face à toute urgence, au service des objectifs tracés qui sont partie intégrante des grands objectifs et de la stratégie judicieuse adoptée».