Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a limogé, hier, le Directeur général de l’hôpital de Kouba, Bachir Mentouri, ainsi que plusieurs cadres suite à une enquête menée par les services de l’administration centrale de l’hôpital, sur ordre du ministre. L’enquête a révélé qu’une femme médecin, absente depuis 18 mois, percevait son salaire normalement et bénéficiait de primes et augmentations, selon un communiqué du ministère de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière. En plus du Directeur général de l’EPH de Kouba, le chef de service des urgences médicales et chirurgicales et le sous-Directeur des ressources humaines ont été également remerciés suite à l’enquête qui a permis de détecter une série d’anomalies dans la gestion et l’organisation de certains responsables au niveau de l’EPH.
La médecin généraliste incriminée, qui a exercé au service des urgences, s’est révélée être absente depuis 18 mois et se trouve à l’étranger. Elle percevait la totalité de son salaire avec primes et allocations, dont les primes de rendement, de permanence et de Covid-19, et avait même bénéficié du congé annuel. Suite à l’enquête, la médecin mise en cause a «été révoquée et devra restituer la totalité des salaires perçus au profit du Trésor public», précise le communiqué.
L’enquête est toujours en cours pour déterminer les détails et les circonstances de cette affaire afin d’identifier et de dévoiler d’autres éventuelles parties impliquées.