Lier la Banque d’Algérie au mot «ouverture» relevait plus d’un fantasme d’un opérateur que d’une réalité. Le terme qui décrivait, et depuis plusieurs années, l’institution était plutôt «blocage». D’où l’importance de la décision prise avant-hier par le Conseil de la monnaie et du crédit (CMC) de la Banque d’Algérie en annonçant l’assouplissement du contrôle des changes, qui va permettre aux startups et aux opérateurs du numérique à l’export de disposer librement de leurs recettes et comptes devises.
Pour avoir une idée sur l’impact de l’annonce, il suffit de connaître la réaction des concernés eux-mêmes. Les acteurs du digital DZ, depuis dimanche, ne cachent pas leur satisfaction. Plusieurs parmi eux l’ont fait savoir, à chaud, le soir même, dans leurs interventions sur les réseaux sociaux. Le communiqué de la Banque d’Algérie dans lequel étaient mentionnées les nouvelles décisions faisait, le temps d’une soirée, le buzz sur plusieurs plateformes.
Même si les appréhensions de certains opérateurs du digital persistent encore (la confiance ne peut se gagner rapidement), la satisfaction était au rendez-vous. Ainsi, le GAAN (Groupement Algérien des Acteurs du Numérique) a rapidement réagi en publiant un post dont le contenu était clair ; «Merci à M. le Gouverneur de la Banque d’Algérie et son équipe d’avoir écouté les acteurs du numérique».
Donc, il faut bien le mentionner, ce n’est pas assez, mais c’est un pas non négligeable. En plus de l’acquis économique qui ne va pas tarder à se matérialiser, il y a également un aspect à mettre en avant. Le contenu du post du GAAN cité plus haut l’a bien mentionné. Les acteurs du numérique ont finalement été écoutés et cette décision de la Banque d’Algérie est le résultat de leurs sollicitations. Ce n’était pas la seule revendication, mais l’une des principales, et la voir se concrétiser est de bon augure pour le futur. Le GAAN peut d’ores et déjà s’enorgueillir de cette victoire obtenue en un peu plus d’une année d’existence (le groupement a été créé en février 2020). A force de travailler, et de ne pas se contenter de lamentations, tôt ou tard, les résultats seront bien là.
Cette actualité est également une occasion d’insister sur un détail important, celui de rappeler que le numérique ce n’est pas le futur, mais bel et bien le présent.