PAR MILINA KOUACI
Les biologistes de la santé publique haussent le ton et accusent le ministère de la Santé de se dérober à ses responsabilités. Sujet de discorde, les examens de promotion professionnelle.
D’après cette corporation, la tutelle est la seule habilitée à demander à la Fonction publique une autorisation exceptionnelle aux attachés de laboratoire afin de pouvoir participer aux examens professionnels et concours pour la promotion du personnel du secteur.
Des représentants du Syndicat national des biologistes de santé publique (SABSP) ont rencontré, lundi, le Directeur central des ressources humaines du ministère qui leur a fait part de son incapacité à intervenir pour régler la situation des 900 attachés de laboratoire. «Je ne peux rien faire pour vous», aurait-il dit à l’adresse des biologistes, relate Youcef Boudjelal, secrétaire général du SABSP.
Ce dernier accuse ainsi la tutelle de «se dérober à ses responsabilités» et de ne pas se mobiliser pour rendre justice à cette catégorie, victime «d’un vide juridique» dont elle n’est pas responsable. Il explique que depuis la promulgation, en 2011, du décret relatif au statut particulier des biologistes de santé publique, les attachés de laboratoire ont un grade unique. Mais, en 2014, un arrêté a permis aux attachés de faire un glissement vers la catégorie 11, mais ce texte n’est toujours pas appliqué, dénonce notre interlocuteur.
Conséquence, les attachés de laboratoire sont aujourd’hui «privés» de leur droit de participer à un concours de promotion.
Les biologistes, ajoute M. Boudjelal, refusent qu’il y ait une «discrimination» entre les corporations du même secteur. En effet, après avoir saisi le Secrétaire général du ministère de la Santé, le Directeur central chargé du contentieux et des affaires juridiques, du Directeur central des ressources humaines, la Direction de la Fonction publique, ainsi que le ministère du Travail, afin de rendre justice à cette corporation, le syndicat a adressé un courrier à la Fonction publique, au médiateur de la République, au Premier ministère et à la Présidence, pour trouver une solution concrète à ce problème.
Le syndicat avait décidé de saisir le ministère de la Santé, puis les hautes autorités avant de passer aux actions de protestation qui s’imposent, disent les biologistes, qui estiment «injuste» de priver des centaines de professionnels de leurs droits à la promotion. Si leur revendication n’est pas satisfaite, les biologistes de santé publique comptent déposer un préavis de grève au niveau du ministère de la Santé aujourd’hui jeudi. <