Plus de 1.700 femmes présentant des grossesses à haut risque (GHR) ont été enregistrées et suivies durant l’exercice 2019 au niveau des centres de référence de la wilaya d’El Tarf, a-t-on appris jeudi de la directrice locale de la santé. «Sur 2.264 gestantes ayant consulté en 2019, un total de 1.704 cas ont été identifiés comme des GHR», a précisé Nehla Zouizi, rappelant qu’en 2018, 1.110 femmes présentant une GHR ont été suivies dans les centres de référence sur un total de 2.105 femmes examinées. La prise en charge de ce genre de grossesses pathologiques, définies par l’apparition d’un risque obstétrical, fœtal ou maternel en début de grossesse, s’est améliorée en 2019 avec le recrutement durant l’exercice précédent de 5 gynécologues au niveau de l’EPH El Kala et celui d’El Tarf, a relevé, par ailleurs, la même responsable. Assurant une prise en charge spécifique et un suivi régulier de ces grossesses, les 4 centres de référence dépendant des EPSP (établissements publics de santé de proximité) de Dréan, El Kala, Bouhdjar et El Tarf, dispensent aux femmes concernées des consultations spécialisées en gynécologie, cardiologie, diabétologie et hématologie notamment, ainsi qu’une orientation en cas d’indisponibilité du praticien médical spécialisé, a fait savoir la même source. Selon la même responsable, des campagnes de sensibilisation et de prise en charge des femmes présentant des grossesses à haut risque sont en outre organisées à longueur d’année, notamment dans les zones frontalières éloignées. Appelées à mieux prendre en charge la mère et l’enfant et éviter la survenue de complications tout au long de la gestation, ces campagnes sont menées par une équipe médicale polyvalente, constituée principalement de sages-femmes, de médecins généralistes de dentistes et de psychologues, a-t-on relevé. n