Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, a démenti, hier à Alger, toute réduction du nombre de médicaments remboursables.

Il affirme qu’« aucun médicament n’a été retiré de la nomenclature des médicaments remboursables. Au contraire, nous y avons ajouté vingt-quatre médicaments supplémentaires », rassurant les citoyens après des « rumeurs » évoquant la réduction de la nomenclature des médicaments remboursables. Il a précisé que « seul Aspegic pour enfant, qui est notamment consommé par les hypertendus (adultes), est concerné par un changement en matière de remboursement ».
En marge de la cérémonie d’ouverture d’une session de formation dans le domaine de la sécurité sociale, dispensée au profit de cadres de la Société palestinienne de sécurité sociale, il a encore expliqué que « quelques critères » ont été introduits concernant le remboursement de médicaments aux assurés sociaux, et ce, conformément aux standards internationaux.
Pour Aspegic, il soutient : « Nous avons expliqué aux hypertendus qui prennent ce médicament qu’ils peuvent prendre un autre fabriqué localement sous forme de comprimé et qui est remboursable. » Sur la question des métiers à haute pénibilité, le ministre du Travail a insisté sur l’importance du travail technique et scientifique que nécessite ce dossier : « Nous avons des experts et spécialistes qui devraient se pencher sur la liste des métiers à haute pénibilité. Ils ne se sont pas encore réunis, mais dès qu’ils se réuniront, ils vont œuvrer pour finaliser la liste », a-t-il encore dit.
Pour sa part, le Directeur général de la Caisse nationale des assurances sociales des non-salariés (Casnos), Chawki Acheuk-Youcef, a fait savoir que « 122 000 non-salariés ont été notifiés par la Caisse à travers des mises en demeure pour qu’ils régularisent leur situation », a-t-il dit, expliquant que la date butoir a été fixé au 31 décembre.
Il souligne qu’au profit des non-salariés débiteurs de cotisations, des mesures de facilitation leur permettant de payer leur cotisation de l`année en cours et de bénéficier d`un échéancier de paiement de leurs cotisations antérieures et des prestations d’assurance sociale sont mises en œuvre. Le Directeur général de la Casnos a fait savoir que des procédures judiciaires seront entamées contre les débiteurs à partir du 2 janvier prochain, dans le cas où ils ne régulariseraient pas leur situation. Concernant les cadres de la Société palestinienne de sécurité sociale, ils vont bénéficier d’une formation de quatre jours, durant lesquels ils visiteront les structures de sécurité sociale nationale.
« Nous avons une expérience de 50 ans dans le domaine de la sécurité sociale, les Palestiniens bénéficieront de l’expertise algérienne », dit M. Zemali.