Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a annoncé, hier samedi, le lancement d’une plateforme numérique destinée à la prise en charge des malades d’insuffisance cardiaque en situation de prise en charge rapide. Cette plateforme est mise en service dans le cadre du «Plan national de prise en charge de l’infarctus du myocarde à la phase aiguë», qui vise au raccourcissement du délai de traitement des malades.

Lors de son annonce, le ministre a relevé que la moyenne du délai de prise en charge des malades était de plus de six heures, ce qui est «très long» et au-delà du délai vital accordé à un patient atteint de cardiopathie sévère. Le plan national mis en place, a-t-il indiqué, va améliorer le délai nécessaire à la prise en charge du malade, soit dans les 6 heures au maximum, afin de réduire le nombre de décès suite à l’infarctus du myocarde à la phase aiguë.
Pour M. Benbouzid, il s’agit également de réduire le «délai malade», entre le début de la douleur chez le patient et son premier contact médical. Au titre du plan mis en place, a-t-il précisé, des efforts ont été accomplis pour «la mise en place de Réseaux régionaux institutionnalisés et la désignation d’un médecin généraliste au niveau des urgences des structures dites primaires de douleurs thoraciques». Les centres régionaux de référence en cardiologie, a-t-il ajouté, seront réhabilités en matière de formation et de perfectionnement des généralistes des structures dites primaires de douleurs thoraciques dans le diagnostic de l’infarctus du myocarde à la phase aiguë.
Un accompagnement et une assistance seront assurés à ces centres en matière de diagnostic, de traitement et de prise en charge secondaire du patient en cas de besoin, à travers des réseaux organisés regroupant les structures dites primaires de douleurs thoraciques et les Centres régionaux de référence en cardiologie, ainsi que les différents intervenants via une application numérique sécurisée dédiée à l’infarctus du myocarde.
Le ministre de la Santé a évoqué, dans ce sens, la mise en place de protocoles clairs et pertinents avec des évaluations périodiques ainsi que l’organisation de vastes campagnes de sensibilisation sur la douleur thoracique et l’infarctus du myocarde.