Il ne s’agit pas de coronavirus, mais d’obésité. Près de 10 millions d’Algériens sont obèses, a révélé une enquête nationale intitulée « StepWise », dont les résultats ont été présentés hier à Alger, à l’occasion de la Journée mondiale contre l’obésité, une maladie chronique et complexe qui affecte plus de 650 millions d’adultes et près de 160 millions d’enfants à travers le monde.
L’enquête précise qu’ils sont quelque 9,7 millions d’Algériens à vivre avec l’obésité, soit 23% de la population, ce qui pose indéniablement un véritable problème de santé publique. La même source révèle que 55,6% des adultes ont dépassé leur poids recommandé et sont en surpoids, expliquant que cette obésité touche 48,3% d’hommes et 63,3% de femmes.
Une hausse a été enregistrée comparativement aux résultats de l’enquête StepWise de 2017 qui fait état d’un taux d’obésité de 14% des hommes et de 30% chez les femmes. Une tendance plus qu’inquiétante, dans le sens où l’obésité représente un des facteurs favorisant l’apparition du diabète et est à l’origine des maladies cardiovasculaires, les cancers du foie, du sein et affecte la fertilité de la femme, ne cessent d’alerter les spécialistes.
La célébration de la Journée mondiale de lutte contre l’obésité a été marquée cette année par l’organisation pour la première fois, par le laboratoire Novo Nordisk Algérie, d’une journée dédiée à cette question. En partenariat avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, la rencontre s’est déroulée sous le thème « les racines de l’obésité sont profondes, ensemble nous pouvons créer un avenir plus sain ».
Des experts de l’obésité, des professeurs, des médecins et des représentants du secteur de la santé ont été conviés à cette rencontre pour débattre des causes et des solutions à apporter à cette maladie qui tend à inquiéter. Mansour Brouri, professeur en médecine interne, a mis en avant les maladies et les problèmes de santé que peut provoquer l’obésité entre autres le cancer. « Les personnes obèses sont les plus exposées aux maladies chroniques tel que le diabète. Cette maladie favorise d’autres maladies comme l’hypertension, l’arrêt cardiovasculaire, l’AVC », a-t-il souligné dans son intervention. Abordé en marge de cette rencontre, le même intervenant a ajouté que « plusieurs types de cancer sont causés par l’obésité, à savoir, le cancer du sein et du rein », estimant ainsi que « lutter contre l’obésité, c’est aussi lutter aussi contre plusieurs types de cancer ». Quel poids pour être obèse ? Notre interlocuteur répond qu’il « n’y pas que la question du poids que l’on doit se poser, mais celle du rapport entre le poids et la taille ». Sur les prescriptions contre l’obésité ou autres pathologies liées à cette dernière comme le diabète, le Pr Brouri a souligné qu’il « y a de nouveaux médicaments plus intéressants pour les diabétiques, mais qui ne sont pas disponibles sur le marché algérien ». A propos des effets psychologiques sur les personnes obèses, M. Brouri a fait savoir, sur une note d’inquiétude, que « les personnes obèses sont également les plus exposées à la dépression ». Il expliquera que ces personnes « sont gênées par le regard des autres, un regard pas souvent très avenant ». « Nous pouvons dire que l’obésité est à l’origine de certains nombres de troubles psychologiques, voire psychiatriques », a-t-il indiqué.
« Les personnes vivant avec l’obésité sont constamment intimidées et blâmées pour leur maladie. Ceci est dû au fait que la majorité des personnes ne considèrent pas l’obésité comme une maladie chronique », a-t-on indiqué dans l’argumentaire de la rencontre. S’agissant des recommandations, « le régime alimentaire et l’activité sportive qui constituent des solutions de première intention pour lutter contre la sédentarité, quel que soit le stade de l’obésité », ont insisté à dire les intervenant à cette rencontre, selon lesquels « le traitement pharmacologique et la chirurgie bariatrique sont en deuxième intention en fonction de la forme d’obésité ».<