des cas d’urgence
Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi a mis l’accent, mardi à Alger, sur la nécessité de trouver des moyens efficaces en vue d’une prise en charge optimale des patients atteints de pathologies cardiovasculaires à travers l’adoption d’une approche anticipative basée, en premier lieu, sur le facteur de la prévention. S’exprimant lors d’une réunion, au siège du ministère, avec les chefs des départements des maladies cardiovasculaires aux différents établissement hospitaliers, le ministre a précisé que «la prise en charge optimale des patients atteints de pathologies cardiovasculaires se fait en deux étapes principales à savoir: la prévention puis le traitement», relevant l’importance de s’appuyer sur «une approche anticipative pour prévenir la maladie avant d’arriver à un stade avancé». A ce propos, il a mis en avant les compétences que recèle le secteur de la santé, appelant à proposer des «solutions réalistes» pour prévenir cette maladie qui a atteint, selon le ministre, «34% des cas des maladies d’urgence en Algérie». M. Saihi a exhorté les spécialistes en maladies cardiovasculaires à présenter leurs propositions concernant «les actions à entreprendre pour améliorer les conditions de prise en charge» ainsi qu’à trouver «les moyens préventifs adoptés à l’échelle mondiale dans cette spécialité», soulignant l’impératif «de mettre en place un réseau de suivi du patient après sa guérison en vue de combler le vide en ce volet». Il a affirmé également l’impératif «de la passer de la gestion classique à celle qui s’adapte aux développements technologiques à travers la modernisation du secteur et l’adoption du plan du ministère visant à prendre en charge le patient avant la détérioration de son état de santé». Le ministre a salué, par la même, les efforts de l’Etats à travers la garantie des équipements médicaux en vue de parvenir «à un système médical efficace et capable de répondre aux besoins des citoyens».