Le tabagisme est la cause de 85% des cas de cancer du poumon en Algérie,a indiqué hier le professeur en pneumo-phtisiologie à l’hôpital Beni Messous, Mme Taghit, citant la cigarette, mais aussi la chicha et le cannabis.

S’exprimant lors d’une journée d’information et de sensibilisation sur le cancer du poumon et ses facteurs de risque, tenue à l’hôtel El Aurassi, cette spécialiste en la matière a fait remarquer l’augmentation de la consommation de la chicha en Algérie, tout en regrettant « le manque de sensibilisation » face à ce danger mortel à moyen ou long terme. Mme Taghit évoquera également l’effet désastreux du tabagisme passif auquel se trouvent confrontés de nombreux Algériens, faute d’application stricte de la loi en vigueur interdisant strictement la cigarette dans les endroits publics. Inscritedans le cadre de la célébration du Mois mondial contre le cancer du poumon, qui correspond au mois de novembre de chaque année, la rencontre d’hier a été organisée par les laboratoires Roche Algérie en partenariat avec l’association nationale « Nour Doha » (lumière du jour) d’aide aux malades cancéreux. L’événement a regroupé des oncologues, des pneumologues et autres médecins spécialistes impliqués dans la prise en charge du cancer du poumon. L’occasion a été donnée à ce derniers de rappeler que le cancer du poumon est considéré comme le « cancer de l’homme » par excellence. Il est le deuxième cancer provoquant la mort chez les hommes après le cancer du colon. A l’échelle mondiale, il tue plus de 1, 8 million de personnes par an. Autrement dit, il est responsable d’un décès sur 5 des cancers dans le monde. La prévention a été mise en exergue lors du même événement d’hier, sachant qu’elle réduit le nombre des malades et des décès. La rencontre a été aussi l’occasion de passer en revue les différents traitements dans la prise en charge des différents types de cancer du poumon (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, thérapie ciblées…). Ils ont aussi débattu des progrès réalisés dans ce domaine et les dernières innovations qui permettent de rendre plus efficace la lutte contre le cancer des poumons, notamment l’immunothérapie, molécules qui ne sont malheureusement pas toutes enregistrées en Algérie, alors que celles qui le sont restent disponibles. A noter que l’association Nour Doha est active depuis plus de deux décennies dans la prévention, le dépistage et l’aide aux patients, connue pour ses opérations de dépistage et diagnostic précoces dans le Grand-Sud et les régions enclavées du pays. En plus de la prise en charge des cancéreux, elle organise régulièrement des journées de sensibilisation et de formation en faveur des médecins de l’intérieur du pays.