Malgré quelques choix qui peuvent susciter une certaine réticence, Djamel Belmadi a paru confiant et convaincu par le groupe qu’il a concocté pour les trois sorties amicales de juin. A l’occasion de la conférence de presse tenue hier au Centre technique national (CTN) de Sidi-Moussa, le sélectionneur national a abordé plusieurs points. Extrait.

Par Mohamed Touileb
Si l’équipe nationale est imbattable depuis 24 rencontres maintenant, le premier responsable de la barre technique ne s’enflamme pas pour autant. « Nous avons des défauts, nous ne sommes pas infaillibles », a-t-il tenu à rappeler comme pour garder ses troupes mobilisées alors que trois tests amicaux, contre la Mauritanie et le Mali ainsi que la Tunisie, se profilent. Des rendez-vous qui « doivent nous servir à progresser, pour arriver au top et face à des adversaires qui sont tous les trois très solides.» Bien évidemment, le véritable test sera contre les Tunisiens, meilleure sélection africaine du classement FIFA, à Tunis. « Affronter la Tunisie, c’est aussi pour améliorer notre classement FIFA et être top 5 en vue d’un éventuel barrage pour la Coupe du Monde. Ça devrait normalement nous aider même s’il faut être ingénieur en aérospatial pour comprendre le classement FIFA!», reconnaît-il.
Le présent d’abord, le futur peut attendre
Le fait de disposer de rencontres pour préparer les éliminatoires, qui débutent en septembre prochain, de la Coupe du Monde 2022 aurait pu permettre d’essayer de nouveaux joueurs à certains postes. On pense à Akim Zedadka qui a réalisé une bonne saison sous les couleurs de Clermont foot signant même une accession en première division en France. D’autant plus que sur le côté droit, il n’y a pas de remplaçant rassurant pour Youcef Atal. Et ce, même si Zeffane a souvent bien dépanné dans ce rôle sans pouvoir se montrer extrêmement convaincant.
Par ailleurs, le poste du gardien de but, compte-tenu de l’âge avancé des trois keepers, nécessiterait une préparation de la relève pour le long terme. Concernant l’expérimentation, Belmadi a été on ne peut plus clair: « Il y a vouloir et pouvoir ramener un jeune. Je ne vais pas en titulariser un uniquement en raison de son âge et rater la qualification ensuite. Je ne prépare pas forcément le futur parce que je si perds, il n’y a plus aucun futur », a justifié le coach d’« El-Khadra » avec une précision de taille: « Raïs M’Bolhi et Alexandre Oukidja sont au dessus.»Ce qui fait croire que Doukha est sortant des plans. Surtout avec l’arrivée d’un nouveau visage : Medjadel en l’occurrence qui a été retenu parce qu’ « on l’a trouvé intéressant et qu’il peut nous apporter quelque chose.»
L’âge n’est qu’un chiffre
Dans la liste de 30 joueurs, il y a aussi des présences qui ont fait grincer des dents. On pense à celle d’Adlène Guedioura qui fait toujours partie des plans même s’il a 35 ans. Une présence que Belmadi assume pleinement. «Il ne faut pas se prendre pour un coach », lâche-t-il comme pour marquer son territoire en déclarant « je ne veux pas qu’on me parle d’âge, regardez Hilton qui a mon âge et joue encore. Adlene a été moins bon et il le sait, mais Zerrouki a un autre style, pour d’autres circonstances.» En gros, à ses yeux, il y a quoi tirer du sociétaire d’Al-Gharafa SC (Qatar). Même si l’ossature de la CAN est toujours là, certains champions d’Afrique ont été écartés à l’instar de Yacine Brahimi qui paie la forte concurrence au poste à laquelle il doit faire face. Dans son compartiment, il y a les Boulaya, Belaïli ainsi que Benrahma. Embouteillage fatal pour l’ancien pensionnaire de Granada FC.D Dans le côté opposé, sur l’aile droite, il y a aussi Rachid Ghezzal qui devra s’imposer pour être plus souvent appelé. Très efficace en mars dernier avec 1 but et 1 passe décisive en Zambie au bout de 40 minutes avant de sortir sur blessure, le meilleur passeur du championnat de Turquie devra faire avec « la concurrence avec Mahrez ou Ounas » qui est « extrêmement forte.» Si offensivement les choix sont nombreux, en défense, notamment dans l’axe, il y a une dépendance à Djamel Benlamri qui est présent même s’il n’est pas compétitif (11 minutes jouées depuis mars dernier). Au sujet de son central, Belmadi envisage « de le retaper physiquement, de lui permettre d’enchaîner en espérant qu’il retrouve un bon club en septembre.»

Tchaker, le choix des joueurs
Pour revenir au terrain, deux des trois prochaines sorties se tiendront en Algérie avant de s’envoler en Tunisie. Si le nouveau stade d’Oran est prêt pour accueillir des rencontres, Djamel Belmadi et ses joueurs surtout ont préféré rester au stade Mustapha Tchaker dans lequel ils disputeront la campagne qualificative au Mondial 2022 au Qatar. « Tchaker c’est le choix des joueurs. Ils s’y sentent bien et il n’y a pas besoin de changer ça », a souligné l’ex driver d’Al-Duhail (Qatar). L’antre de Blida n’a jamais vu les Verts s’incliner en 38 sorties (32 victoires et 6 nuls). Les repères sont là avec un brin de superstition. Des éléments qui font que les « Fennecs » n’envisagent pas de changer de domiciliation.

Elections de la FAF : vieilles pratiques dans l’Algérie nouvelle
Belmadi est réputé pour avoir toujours protégé son groupe le mettant toujours dans les meilleures dispositions afin de réaliser de bonnes performances. La sérénité a grandement été perturbé en mars dernier avec les élections de la FAF qui se profilaient.
Le successeur de Rabah Madjer a révélé que « des candidats à la candidature se sont permis de m’appeler. Ils disent venir avec des ‘’gens importants et de haut lieu’’. Je n’aime pas ce langage-là. Ils veulent être élus en te rencontrant sous la table, mais que veulent-ils de moi? » Belmadi ira plus loin en se demandant si «vouloir voir un coach sous la table avant des élections, pour avoir des avantages. C’est de la corruption non? Dans l’Algérie Nouvelle, c’est fini non? Ces gens m’entendent. Qu’ils osent dire qu’ils n’ont pas fait ça! » Un véritable scud envoyé à l’endroit des personnes qui ont fait que « mes joueurs ont été pollués par la transition entre deux présidents de la FAF. Certains journalistes devraient se taire ! » Quand il s’agit de mettre ses poulains à l’abri et se dresser face à ceux qui peuvent nuire à son projet, l’ancien numéro de l’Algérie mitraille à bout portant. Spectaculaire. n

Belmadi a dit
Sur la sélection de Mauritanie : « La Mauritanie est une équipe qui ne cesse de progresser et qui est bien meilleure encore que Djibouti, sans vouloir leur manquer de respect, alors que nous allons les affronter en septembre. Ce match nous permettra d’enchaîner.»
Sur la sélection du Mali : «C’est une grosse équipe, avec plus de 30 joueurs qui évoluent en Europe. Ils sont au moins aussi forts que le Burkina, que nous allons affronter, et je ne serais pas étonné s’ils redeviennent une top équipe sur la scène africaine dans quelques années.»
A propos du retour de Atal : « Ça faisait tellement longtemps que je ne l’avais pas vu avec nous que j’ai demandé à Atal de chanter comme un nouveau joueur. Il est déterminé, a pu enchaîner un peu avec Nice. Il est à un haut niveau, comme Boudaoui qui a connu des blessures. (…) Un joueur comme Youcef Atal est un joueur de haut niveau, il a fait des entraînements de grande qualité avec nous ces derniers jours et je l’ai rarement vu à ce niveau là, il met beaucoup d’envie.»
Sur le fait d’avoir des Verts qui jouent en Europe : « J’encourage le départ de mes joueurs vers l’Europe oui, mais il faut qu’ils jouent. Si c’est pour que ça termine comme Djamel Benlamri, qui est parti à Lyon mais sans y jouer, ça ne sert à rien. Il faut un minimum de garanties »
Sur la mise à l’écart de certains : « Halaimia a été performant mais malheureusement il n’a plus joué. Touba aura la possibilité de jouer et il devra prouver qu’on peut compter sur lui. Medioub a un faible temps de jeu aussi, j’aurais aimé compter sur lui. »
Sur la présence du jeune portier Boulhendi : « On voulait voir Boulhendi lors de la période creuse avec les joueurs qui étaient présents. Il ne restera pas, on a nos 4 gardiens. Qu’il continue à travailler car il est jeune et on verra à l’avenir. »
Sur le nouveau stade d’Oran : « Bien sûr que nous irons à Oran à terme mais nous avons décidé de jouer tous nos matches qualificatifs à Tchaker. Si nous sommes qualifiés, nous aurons un an pour jouer ailleurs, donner du plaisir à tous. Les A’ vont y aller.»