La deuxième édition du Salon national de la photographie à Tébessa, a été marquée, dimanche dernier, dès son ouverture par une forte affluence du public venu découvrir les œuvres exposées traitant notamment de la nature, du patrimoine culturel algérien et des habits traditionnels distinguant chaque région du pays.
Selon le membre du jury de sélection des œuvres exposées, Faouzi Deman, sur les cent soixante œuvres de photographies proposées, seulement une quarantaine ont été retenues pour participer à cette édition et conformément aux critères techniques, basés essentiellement sur «la qualité de la photo et le sujet traité» précise-t-il à l’Aps.
Pour sa part, la photographe plasticienne Chahrezad Graya de la wilaya d’Oran qui participe pour la première fois à ce salon, s’est réjouie de cet événement qui va lui permettre, a-t-elle dit, de découvrir par elle-même, les nombreux sites archéologiques de la wilaya de Tébessa ayant inspiré nombre de ses collègues artistes.
L’artiste Idir Bouaicha de Béjaïa a déclaré quant à lui que ce salon est une occasion pour lui de mettre en vedette la beauté de la Kabylie et notamment les régions de Bouira, Béjaïa et Jijel.
Quant au photographe local, Khaled Guerfi a fait savoir que ce salon lui a permis de renouer avec sa passion, précisant qu’il compte bien revenir au devant de la scène en participant aux prochains événements similaires.
Durant deux jours, ce salon de deux jours a été ponctué par des débats sur les avancées technologiques que connait l’art de la photographie en plus de sorties touristiques aux sites archéologiques tels que la porte de Caracalla et la basilique Sainte-Crispine, selon les organisateurs. Pour le jeune photographe Seif Eddine Fathoun, originaire de Tébessa, la photographie est un moyen de promouvoir le tourisme et la culture en immortalisant, à travers son objectif, le charme ensorcelant de la nature qui caractérise sa wilaya en vue de la faire découvrir.
Ce jeune homme de 27 ans, qui participe à la deuxième édition du Salon national de la photographie, a émerveillé les visiteurs avec ses œuvres exhalant la beauté de la nature et des différents monuments historiques que recèle l’antique Théveste, à travers l’objectif de son appareil photo.
Approché par l’APS au niveau du stand qui lui a été dédié dans le cadre de cette manifestation artistique, Seif Eddine a confié que «les études universitaires dans la communication et les médias, le master obtenu à l’université Larbi Tébessi et une formation effectuée au sein de l’atelier de l’audio-visuel de la Maison de la Culture Mohamed Chebouki ont contribué à l’éclosion de cette passion pour la photographie».