Pour cette 17e édition du Salon de l’automobile et des motocycles de l’ouest – Autowest 2017-, Renault est présent  au Centre des conventions d’Oran sous le signe du troisième anniversaire de l’usine Renault Algérie Production (RAP), lancée le 10 novembre à Oued Tlelat (Oran).

A l’occasion, RAP expose ses deux modèles, en l’occurrence la Renault Symbol, premier véhicule touristique assemblé en Algérie, depuis novembre 2014, et la Dacia Sandero Stepway, arrivée en septembre 2016. Pas de commandes toutefois sur ce duo «Made in Bladi» durant ce salon, dira Hichem Nacer Bey, directeur commercial de Renault Algérie, précisant que cette démarche est dictée par le manque de disponibilité et surtout par «une longue liste de précommandes qu’il faudra d’abord satisfaire».

Une Symbol MIB diesel, en attendant la Clio 4

Annoncée lors d’Autowest 2016 pour le second semestre 2017, puis pour la fin de la même année, la Renault Clio, assemblée à Oued Tlelat, n’arrivera, finalement, que durant le premier trimestre 2018, a indiqué le directeur général de Renault Algérie, André Aboud, lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de l’évènement automobile oranais.
M. Aboud s’est néanmoins gardé de préciser l’échéance exacte de l’arrivée de la sous-compacte au losange.
En attendant, c’est la Renault Symbol qui renforce son offre avec la sortie de l’usine RAP d’une version 1.5 DCi de 85 CV, cédée au prix de 1 779 000 DA TTC. L’ouverture des commandes sur cette version diesel est prévue pour janvier 2018. Ce moteur déjà monté sur la Sandero Stepway MIB a bénéficié d’un accueil très favorable chez la clientèle et n’a pas tardé à devenir largement dominant dans les ventes réalisées sur ce modèle, avec une part de 70% sur les 33 000 unités écoulées depuis septembre 2016.
Cette forte tendance au diesel pour les ventes de la Sandero Stepway pourrait d’ailleurs se reproduire au profit de la Renault Symbol, d’autant que les nouvelles augmentations des prix du carburant introduites par la loi de finances 2018 entreront en vigueur dès le 1er janvier. «Nous avons constaté que les clients sont nombreux à souhaiter une Symbol en diesel, nous avons donc décidé d’équiper ce modèle du moteur DCi 1.5 de 85 CV, comme nous l’avons déjà fait sur la Sandero», explique M. Nacer Bey, non sans se réjouir du «succès» de la Symbol MIB. La berline au Losange domine largement son segment, avec plus de 83 000 exemplaires commercialisés depuis son lancement en novembre 2014.

100 000 véhicules/an à partir de 2022

Après avoir entamé sa première année pleine (2015) avec l’assemblage de 20 000 modèles Renault Symbol, l’usine Renault Production est montée en cadence de production pour passer à 42 000 unités, entre Symbol et Sandero Stepaway, en 2016, alors qu’en 2017, ce sont 60 000 véhicules qui y ont été montés. La capacité de 75 000 unités par an annoncée lors du montage du projet RAP sera renforcée et le cap est déjà mis sur 100 000 unités/an à l’horizon 2022, a annoncé, lors de la même conférence de presse, le directeur général de l’entreprise, Armando Bendito Espina.
Dans cet objectif, l’usine bénéficie actuellement de renfort aussi bien matériel qu’humain, avec, en sus, un début de robotisation qui servira les prochaines réalisations, dont le montage de la Clio 4 ou encore les nouvelles étapes d’intégration qui ont besoin de cette technique, à l’exemple de l’atelier «tôlerie et peinture» annoncé pour l’année prochaine, et qui devra contribuer à renforcer le taux d’intégration locale. Lequel taux est estimé par M. Bendito Espina à «30%» auquel participent cinq (05) sous-traitants incluant des pièces «majeures» telles que les sièges et les câblages.
«Cette performance industrielle est le fruit de la mobilisation des hommes et femmes de Renault Algérie Production. En dépassant tous les objectifs fixés il y a trois ans, ils prouvent chaque jour leur engagement pour le développement de l’industrie automobile en Algérie», affirme le directeur général de RAP, avant d’ajouter que le groupe Renault s’est engagé à contribuer davantage au développement économique de l’Algérie, en réaffirmant son objectif d’atteindre un taux d’intégration locale de 45% en 2023».
Le même responsable précisera qu’au-delà de la sous-traitance automobile, le groupe Renault «continue à participer au développement durable économique algérien en encourageant son réseau de fournisseurs mondiaux à s’engager aux côtés d’entreprises algériennes performantes». Il citera le cas de l’armateur turc Arkas Line qui vient de s’associer à la compagnie maritime nationale Cnan MED pour réaliser des flux logistiques nécessaires à la production des véhicules à Oued Tlelat.