Largement relayée par les réseaux sociaux, une pétition lancée par un collectif de citoyens de la wilaya de Sétif, nommé «un cinéma pour Sétif », appelle les autorités concernées à l’ouverture d’une salle de cinéma dans la ville de Sétif.

Dans la pétition publiée sur le site Avaaz, on peut lire qu’il existait auparavant « quatre salles de cinéma en activité à Sétif ». Mais, aujourd’hui, plus aucune salle  n’existe et «seules des initiatives privées arrivent, tant bien que mal, à faire perdurer les projections sur grand écran ». Toujours dans le descriptif de la pétition, signée, à l’heure où nous mettions sous presse, par plus de 2 600 personnes, il est rappelé que Sétif est aujourd’hui une ville de 410 000 habitants et le 3e pôle économique du pays mais ne possède pas une seule salle de cinéma. Pourtant, rappelle le texte de la pétition, «il existe bien une salle,  L’Africa, réalisée avec les deniers publics, mais qui n’a jamais fonctionné depuis bientôt trente ans ». Il suffirait pour sa réouverture, de se conformer « aux normes de sécurité ». Les auteurs du texte de la pétition précise à ce sujet que «quand on sait qu’il ne s’agit que d’une question de conformité aux normes de sécurité à cause du revêtement des murs, cette situation est inadmissible et totalement ridicule ». Ainsi, la réhabilitation de cette salle, en plus d’être un lieu de loisirs pour les Sétifiens, créerait «au moins 10 emplois directs et indirects», affirme le collectif des citoyens de Sétif. Le collectif de citoyens demande également aux autorités concernées de faciliter aux investisseurs du secteur l’implantation de salles et de multiplex dans la ville et, «en attendant, de réserver les mercredis, jeudis, vendredis et samedis la salle de la Maison de la culture aux projections des cinéclubs et des distributeurs privés ». Il est à noter qu’un public de cinéphiles existe dans la ville de Sétif  grâce  à  la persévérance des cinéclubs de la ville à l’instar de « Perséciné », qui active depuis onze ans  en programmant des projections-débats à la Maison de la culture de Sétif ainsi que le tout nouveau  « Cinéfeel » qui active depuis trois ans au Théâtre communal. Aujourd’hui, à travers cette pétition, les Sétifiens tirent la sonnette d’alarme sur une situation qui ne peut plus durer dans la capitale des Haut-Plateaux. Le collectif  écrit ainsi dans cette pétition : « Il faut que ça change. Nous, citoyens de Sétif, voulons des cinémas pour notre ville. Une des villes des plus peuplées et des plus dynamiques du pays. Une salle de cinéma, c’est au moins 10 emplois directs et indirects. Une salle de cinéma est une activité commerciale lucrative. Une salle de cinéma est un loisir auquel les Sétifiens ont droit ! »n