L’Équipe et France Bleu ont dévoilé un palmarès des salaires de l’élite, largement dominé par le Paris Saint-Germain. Si Neymar caracole en tête avec plus de 3 millions bruts mensuels, le club de la capitale place onze joueurs aux onze premières places, devant Wissam Ben Yedder et ses 650 000 euros.
L’écart grandit. Sportivement mais aussi économiquement. Le Paris Saint-Germain domine très largement le classement des plus hauts salaires de Ligue 1. C’est bien simple, onze Parisiens sont aux onze premières places et 17 sont présents dans le top 30. Dans le haut du panier du «reste» du championnat, on retrouve les habituels Kevin Strootman et Dimitri Payet (500 000 euros mensuels), Cesc Fabregas
(600 000 euros), Memphis Depay (420 000 euros) mais aussi des nouveaux comme Wissam Ben Yedder (650 000 euros) et Steven Nzonzi (400 000 euros).
Ben Yedder, le premier des «autres»
Une équipe entière, pas tout à fait de quoi faire un onze équilibré mais Paris place bien l’équivalent d’une équipe de Ligue 1 au sommet du classement des salaires du championnat. Un classement où Neymar fait figure d’exception puisqu’avec ses 3 060 000 euros mensuels, le Brésilien gagne un million de plus que Kylian Mbappé (1 910 000) et même deux fois plus que Thiago Silva (1 500 000) qui complète le podium. Parmi ce onze, Keylor Navas (1 000 000 euros) et Mauro Icardi (800 000) sont les seules recrues de l’été dernier à s’immiscer parmi les «anciens».
Pour trouver trace d’un joueur qui n’évolue pas à Paris, il faut tomber à la 12e place avec Wissam Ben Yedder et ses 650 000 euros mensuels. Pour le rapatrier d’Espagne où «WBY» jouait depuis 2016, Monaco a dû faire un effort et a fait de lui le plus gros salaire du club devant Cesc Fabregas et ses 600 000 euros qui ne correspondent plus à son niveau et un autre joueur arrivé l’été dernier, Tiémoué Bakayoko (450 000 euros).

Villas-Boas, la dernière folie de l’OM
A Marseille, au-delà du demi-million d’euros gagné chaque mois par Payet et Strootman, il est intéressant de regarder la rémunération de l’entraîneur, André Villas-Boas. Alors que, comme le rappelle L’Equipe, l’ère est plutôt à la restriction budgétaire à Marseille, le technicien portugais émarge à 400 000 euros bruts mensuels, ce qui le place au deuxième rang parmi les entraîneurs derrière Thomas Tuchel (625 000) et devant Paulo Sousa (280 000).
Dans les autres clubs, on retiendra qu’Abdoulaye Touré (45 000 euros), le capitaine du FC Nantes touche moins que la moyenne de son équipe, que Geronimo Rulli (150 000 euros à Montpellier) et Matz Sels (90 000 euros à Strasbourg) sont les seuls gardiens à avoir le plus gros salaire de leur effectif et enfin qu’à Rennes, la rémunération d’Eduardo Camavinga passe de 90 000 à environ 150 000 euros grâce aux primes diverses.