La baignade dans les jets d’eau est dangereuse, voire mortelle. C’est un constat sans appel dressé par des spécialistes qui tirent, pour la énième fois, la sonnette d’alarme sur les risques de maladies contagieuses, la typhoïde et le choléra,

entre autres, auxquelles sont aujourd’hui confrontés les enfants. En cette période estivale, nombreux sont les enfants qui sont loin de la grande bleue à Mostaganem et qui se baignent, dans une indifférence inouïe des parents et des services concernés, dans ces jets d’eau. Selon des médecins spécialistes en la matière, ces jets d’eau sont un véritable foyer de virus, de microbes et de germes. D’où les risques de graves maladies auxquelles les enfants sont quotidiennement confrontés, expliqua-t-il. Il est impératif, voire urgent, que des mesures, en termes notamment de prévention, soient prises par toutes les parties concernées. Nos enfants sont en danger lança, de son côté, une source crédible du service de prévention de l’EPH de Mostaganem. Une simple chute dans les eaux de ces jets d’eau est synonyme d’une mort certaine, a-t-il tenu à affirmer. Et il n’a pas manqué, dans ce sillage, de recommander de se baigner dans des endroits qui répondent effectivement aux normes de baignade préétablies, à savoir les piscines. Malheureusement, le constat est là : Mostaganem accuse un grand retard en matière d’infrastructures de loisirs et de baignade, en particulier. C’est le triste constat que tous les responsables qui se sont succédé dans la ville de Mimosa partagent. A défaut de piscines, les enfants des quartiers défavorisés ont opté pour une solution de substitution qui n’est autre que ces jets d’eau. Ils mettent, ainsi, leur vie en péril pour se rafraîchir en s’y baignant. La balle est désormais dans le camp des services concernés.
E. O.