Trois opérations de police distinctes menées au cours de cette semaine ont permis la neutralisation de trois groupes d’individus impliqués dans un trafic de psychotropes. Le premier groupe a été arrêté en flagrant délit, en possession de pas moins de 1 290 comprimés, alors que le deuxième a été intercepté avec 80 comprimés tandis que le troisième avait en sa possession

9 comprimés, ainsi que des barrettes de kif de 14 grammes. De véritables pharmacies ambulantes qui renseignent non seulement sur la dangerosité des drogues vendues, mais aussi de la disponibilité des produits psychotropes et drogues variés. Ainsi, entre Ecstasy, saroukh, dont la fabrication reste à ce jour une véritable énigme, puisqu’on ne connaît rien de leurs composants. Ce qui fait peur même à ses consommateurs, tant la transformation de celui qui l’ingurgite reste, selon de nombreux témoignages, plus que stupéfiante. De véritables «zombies» capables de tout et déconnectés totalement de la réalité, ne pouvant distinguer le bien du mal. D’où les nombreux crimes et incestes, alimentant tous les jours les chroniques. A cela s’ajoutent d’autres comprimés, qui sortent des pharmacies d’hôpitaux et autres officines privées. A chaque opération de police, il y a bien sûr le kif et la résine de cannabis omniprésents dans le milieu. Pour revenir aux deux premières opérations menées par les éléments de la Brigade de recherches et d’investigation (BRI) 2, un premier groupe constitué de trois individus été arrêté à bord d’un véhicule de type Boxer. La fouille aura permis aux inspecteurs de la BRI 2 de découvrir pas moins de 1 290 comprimés. Une somme d’argent considérée comme revenu des ventes de ce poison a été estimée à plus de 35 millions de centimes. La même BRI 2 a procédé à la neutralisation d’un individu, en possession de 80 comprimés, tout aussi dangereux que le premier produit, mais dont on connaît les composants pharmaceutiques. Là aussi une somme d’argent a été saisie estimée à 55 000 dinars. Pour ce qui est de la troisième opération menée par les éléments de 14e sûreté urbaine, ces derniers ont procédé à l’interpellation d’un individu, en possession de 8 comprimés et de 6 600 dinars.
J. M