L’inspecteur général de la pédagogie au ministère de l’Education nationale, Saïd Bensalem, a assuré, lors de son intervention sur les ondes de la Chaine 1 de Radio nationale, qu’un travail sera fait pour « remédier à tous les dysfonctionnements enregistrés lors du premier trimestre de l’année scolaire 2016/2017 ».

Le premier responsable de l’inspection générale a indiqué que des instructions supplémentaires avaient été données aux inspecteurs pédagogiques dans le cadre d’un meilleur accompagnement des enseignants pour mener à terme les programmes éducatifs d’ici la fin de l’année scolaire. A propos de l’éventuelle baisse sensible des notes des élèves, lors du premier trimestre de l’année en cours, Saïd Bensalem a démenti l’information. « Les résultats du premier trimestre de cette année ne sont pas tellement différents des résultats du premier trimestre de l’année passée. On enregistre même une amélioration dans certains établissements », a-t-il soutenu.
Tout en concédant « des dysfonctionnements » dus notamment aux grèves. Pour y remédier, l’inspecteur général de la pédagogie a rappelé la volonté de la ministre de l’Education nationale Nouria Benghebrit de mettre en avant « la gestion au cas par cas des établissements » pour normaliser la scolarité des élèves.
Concernant les nouveaux programmes des première et deuxième années primaires et de la première année secondaire, Saïd Bensalem a annoncé un projet d’évaluation pédagogique entre fin janvier et début février qui sera soumis « à tous les acteurs éducatifs pour enrichir cette réforme ».
Au terme de cette évaluation, Bensalem a annoncé la tenue d’une conférence nationale afin d’établir la feuille de route de cette réforme éducative basée sur « l’évaluation efficace des aptitudes des élèves pour leur permettre d’intégrer pleinement les nouveaux programmes éducatifs ». En outre, il a précisé que le concours de recrutement 2017 aura lieu en mai prochain et verra de nouvelles recrues intégrer directement le système éducatif, notamment pour occuper les postes vacants de l’enseignement des mathématiques et de physique. Dans le cadre, cette fois, de la coopération algéro-britannique, dont les activités ont débuté hier à l’occasion de l’ouverture de la première session de formation destinée aux cadres pédagogiques, « 120 inspecteurs, sélectionnés parmi 4 500, bénéficieront de cette formation qui leur offrira un perfectionnement autour du thème des compétences professionnelles des enseignants au cours de trois sessions », a précisé l’inspecteur général.
La première ayant donc débuté hier, suivront une session en février puis la dernière en mars, « ce qui permettra à terme d’élaborer le programme de formation des enseignants », a-t-il ajouté. <