La République arabe sahraouie démocratique (RASD) a adressé samedi un appel au Royaume marocain afin de mettre un terme à son occupation du Sahara occidental et à l’ouverture d’une page permettant d’assoir la paix entre tous. Le ministère sahraoui de l’Information a indiqué dans un communiqué rapporté par l’Agence de presse sahraouie (SPS), commentant la teneur du discours prononcé samedi soir par Roi Mohamed VI, que «La république sahraouie adresse un appel au Royaume marocain afin de mettre un terme à son occupation et à ouvrir une page permettant l’établissement de la paix entre tous, sur la base du respect de l’union nationale et territoriale de chaque pays, ajoutant que ceci «est mieux que de poursuivre les aventures et la guerre». Pour le ministère sahraoui de l’Information, «le discours du roi marocain a été empreint (…) cette année, à l’occasion de son accession au trône, de prise de risques et de paroles mielleuses en vue d’occulter délibérément son implication dans le retour de la guerre dans région, suite à son déni de l’accord de paix conclu avec la partie sahraouie». «Le discours du roi Mohamed VI est en contradiction absolue avec les agissements du Maroc et ne vise qu’à gagner du temps en vue d’apporter plus de matériel de guerre et préparer tous les complots et les intrigues contre le peuple sahraoui et les peuples de la région et du continent africain», lit-on dans le communiqué. Le ministère sahraoui estime dans le communiqué que «le souverain marocain a tenté dans son discours de présenter son régime agressif et expansionniste comme un régime qui aspire à la paix, à la stabilité, à la coopération et à la fraternité, au moment où le monde entier sait que le Maroc et depuis 1975, date de son invasion militaire du territoire de la République sahraouie, est devenu un Etat qui constitue un danger sur la sécurité et la stabilité de toute la région, d’autant que sa guerre expansionniste est la seule raison qui entrave l’intégration économique et politique maghrébine». La rupture du cessez-le-feu, la reprise de la guerre et l’entrave des efforts de la Communauté internationale visant à instaurer la paix entre la Maroc et la République sahraouie à travers le respect des exigences de la légalité internationale consacrés dans la charte de l’ONU et l’acte constitutif de l’Union africaine prouvent que le discours n’est autre qu’une couverture d’une réalité établie qui augure d’une escalade des affrontements militaires et diplomatiques, précise la même source. Le discours de Mohamed VI démontre sa perte de crédibilité, indique le communiqué, précisant que le Maroc a échoué dans l’établissement de relations de confiance avec tous ses voisins, en raison de la politique imprudente du palais royal marocain entravant l’établissement d’une paix juste qui exige de mettre fin à l’occupation et de permettre au peuple sahraoui de jouir de sa liberté et de sa souveraineté sur son territoire national.(APS)