Le Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a réaffirmé la position commune des pays de l’UE vis-à-vis de la question du Sahara occidental, qui consiste à «soutenir pleinement les efforts menés par les Nations unies» pour parvenir à une solution politique acceptable par les parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc. Dans sa réponse dimanche au nom de la Commission européenne sur la question sahraouie, M. Borrell a tenu à réaffirmer que «la position de l’UE sur le Sahara occidental – qui reflète l’opinion commune existante parmi les Etats membres de l’UE – est de soutenir pleinement les efforts menés par l’Organisation des Nations unies en faveur d’un processus politique en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara occidental, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU». «L’UE considère que toutes les questions concernant le Sahara occidental et son statut doivent être traitées, conformément au droit international, dans le cadre des négociations en cours sous la direction de l’envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies, Staffan de Mistura», a poursuivi M. Borrell. Et de souligner encore: «le processus dirigé par l’ONU est ouvert et son résultat final devrait être décidé par les parties selon les paramètres des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU». Inscrit depuis 1966 à la liste des territoires non autonomes, et donc éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU relative à la décolonisation, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc.

Vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale
En réaction, l’Envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Amar Belani, a souligné lundi que la position de l’Union européenne (UE) de soutenir pleinement les efforts de l’ONU en faveur d’un processus politique pour le règlement de la question sahraouie, «contribue à réduire la campagne orchestrée par le Maroc pour ressusciter sa proposition de 2007 à une vaine tentative de contournement et occultation de la légalité internationale». «Cette position limpide de l’UE contribue à réduire la campagne orchestrée par le Maroc pour ressusciter sa proposition de 2007 à une vaine tentative de contournement et occultation de la légalité internationale», a déclaré M. Belani à la suite de la réponse donnée par le Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, au nom de la Commission européenne, concernant la question sahraouie. «Le souk de Marrakech restera une mystification et une escroquerie dans lesquelles le marionnettiste Bourita (ministre marocain des Affaires étrangères), a investi et perdu le peu de crédibilité qu’il lui restait…», a encore dit Amar Belani. n