Synthèse par Sihem Bounabi
Les services de la Sûreté urbaine d’El Harrach, à Alger, ont arrêté 16 individus impliqués dans l’affaire de saccage du train Thenia-Agha, a indiqué, vendredi dernier, un communiqué des services de la sûreté de wilaya d’Alger. Le saccage a été commis la semaine dernière au niveau de la gare de train d’Oued Semmar après la rencontre CRB-USMA. Les accusés ont été arrêtés par la police en coordination avec les éléments de la Gendarmerie nationale. «Après enquête, 16 accusés, des repris de justice âgés entre 15 et 46 ans, issus de la wilaya d’Alger ont été arrêtés», précise le communiqué. Ils ont été arrêtés pour «rassemblement, trouble à l’ordre public et à la tranquillité publique», destruction des biens de l’Etat en lançant des pierres et en semant la terreur et la panique parmi les citoyens», indique le communiqué. Les accusés seront présentés devant le parquet territorialement compétent pour le parachèvement des procédures légales, a fait savoir le communiqué.
Selon la SNTF, «cette attaque barbare a entraîné la blessure de deux agents de la sécurité appartenant à l’entreprise, en plus de pertes matérielles importantes au train électrique de nouvelle génération».
La SNTF dénonce régulièrement les attaques contre ses trains et les installations ferroviaires, qui lui ont causé des pertes colossales de 1,87 milliard de dinars en 2021. En plus des dégâts matériels, les actes de vandalisme subis par la SNTF pénalisent les usagers du train en Algérie.
La Société Nationale des Transports Ferroviaires dénonce ainsi «ces attaques barbares qui affectent les ouvriers de l’entreprise dans l’exercice de leur travail, ainsi que les matériels et équipements, occasionnant de grandes pertes matérielles et financières, en plus de leur impact direct sur la régularité du trafic ferroviaire et la qualité des services qu’il offre aux voyageurs». n