L’EN ne verra pas la Coupe du Monde 2022 : C’était insoutenable, mais il fallait se battre pour arracher le ticket du Mondial. L’équipe nationale, qui avait pourtant l’avantage du succès à l’«aller» au stade de Japoma, s’est retrouvée mal-embarquée dans sa qualification en Coupe du Monde. Malgré un arbitrage vicieux de Bakary Gassama, les «Verts» ont montré beaucoup de caractère pour tenter de composter leur billet au Qatar. Mais le but tardif de Toko-Ekambi a tout gâché.

Par Mohamed Touileb
Comme lors de l’acte I au stade de Japoma, le sélectionneur Djamel Belmadi a opté pour une défense à cinq. C’est Youcef Atal qui a pris la place de Ramy Bensebaïni (suspendu) sur le côté gauche. Mais c’était des Fennecs plus offensifs qu’on a vus lors des premières minutes. D’ailleurs, après quelques secondes du coup d’envoi Belaïli fait le chaud et frappe. Onana détourne et la reprise de Slimani passe à côté.
Toujours à la recherche du but qui leur donne plus de marge de manœuvre, les «Verts» répètent les attaques et les tentatives. Mahrez tente une frappe enroulée (12’) sans trouver le cadre. Pour sa part, Atal (17’) a envoyé un tir flottant des 30 mètres. Une minasse que le portier camerounais a repoussée difficilement.

Gassama et le VAR font les aveugles
Alors que l’Algérie semblait proche de l’ouverture du score, le scénario le plus redouté s’est produit avec les visiteurs qui ont marqué en premiers. Choupo-Moting trompe Raïs M’Bolhi après une faute de main de ce dernier sur corner. Au ralenti, on a pu voir que son télescopage avec Mandi, poussé par Tawamba, a fait qu’il ne dégage pas bien le ballon des poings. Malgré cela, l’arbitre Bakary Gassama et l’assistance vidéo (VAR) n’ont pas jugé l’action illicite. Il y avait tout à refaire pour les Verts.
Dans les cinq minutes qui ont suivi, Belaïli a vu Slimani lui offrir une véritable balle de but. Seul face au portier, le milieu offensif réalise mal son plat du pied et trouve le petit filet extérieur. Un raté qui était malvenu à ce moment de la partie car il pouvait remettre les Dz sur rails. Mais c’est avec un retard d’un but et un score de parité sur les deux rencontres qu’«El- Khadra» a rejoint les vestiaires.

M’Bolhi sauve les meubles
Après la pause, les «Guerriers du Désert» cherchaient à reprendre l’ascendant. Slimani a cru égaliser à la 50e minute mais il était en position d’hors-jeu. La VAR a confirmé cela. Dans les 5 minutes qui ont suivi, Mahrez se heurte à Onana qui détourne en corner. Sur ce même coup de pied, Bedrane a vu sa tête fuir le cadre. La défense des «Lions Indomptables» était au bord de la rupture mais tenait grâce à son keeper qui stoppera la frappe à ras de terre de Slimani (58’).
En face, les visiteurs ne prenaient pas trop de risques. Ils semblaient se contenter d’être revenus dans le score sur les deux matchs. Mais la crainte qu’ils scorent de nouveau était là. Et on est passés à deux doigts de ce cas de figure à la 66e minute. Heureusement, Raïs M’Bolhi a sorti une double parade sur une tête de Tawamba puis une frappe de Toko-Ekambi. Le dernier rempart algérien a maintenu ses compatriotes en vie.

Gassama sabote, Ekambi surgit
Le suspense était à son comble et le stress à son paroxysme. Pour ne rien arranger, il fallait jouer les prolongations. Slimani, toujours lui, s’impose dans les aires devant deux défenseurs sur un centre de Benayada (92’) mais voit sa tête frôler la transversale d’un Onana battu.
L’avant-centre battra le keeper adverse à la 98’. Mais le directeur du jeu annule un but valable après avoir revisionné les images. Décision scandaleuse pour une réalisation qui aurait remis l’EN en ballotage favorable. Tout restait à faire. Belmadi a rappelé Belaïli pour incorporer Ghezzal. Lésés mais pas découragés, les champions d’Afrique n’ont pas cessé d’essayer. C’était au tour de Bennacer (110’) de tenter sa chance mais l’omniprésent Onana détourne. On a cru que Touba nous avait offert le précieux billet. Mais Toko-Ekambi a porté le coup fatal à la 120’+4 pour éjecter l’Algérie de l’avion.
In fine, notons que le Maroc a validé sa présence en CDM grâce à un large succès 4-1 en réception de la RD Congo (1-1 à l’aller). De son côté, la Tunisie a pu tenir bon (0-0) en réception du Mali et capitaliser sur son succès 0-1 lors de la première manche à Bamako.
Inqualifiable !