Le film consacré à la vie du grand « martyr » Larbi Ben M’hidi, figure emblématique du mouvement national et de la guerre de libération nationale, a reçu un budget de près de 520 millions de dinars, débloqué à parts égales par les ministères de la Culture et des Moudjahidine.

Ce projet a aussi bénéficié de financements accordés par des opérateurs économiques algériens publics et privés atteignant au total une enveloppe avoisinant les 700 millions de dinars, indique le réalisateur Bachir Derrais. Alors que sa sortie est prévue pour le mois de septembre prochain, le film « devrait sortir à la même période en France, en Italie, au Portugal, et au Canada, alors que sa projection en Espagne et dans des pays arabes est encore en négociation », a-t-il déclaré. Le montage du film, dont le tournage a été lancé en mars 2015, devrait être achevé dans les prochaines semaines, selon Bachir Derrais, également producteur exécutif du film. Selon le réalisateur, le scénario écrit par Mourad Bourboune se base sur une multitude de témoignages des compagnons de Larbi Ben M’hidi et de sa famille et qui ont servi à retracer le parcours exceptionnel de cette « figure intellectuelle de la Révolution ». Ce long métrage, qui est adapté au cinéma par Abdelkrim Bahloul, a été tourné à Alger, Lakhdaria, Biskra, Béchar, Béjaïa et Tlemcen. 30% du tournage a été effectué dans des studios en Tunisie, où l’équipe du film a reconstitué les décors des années 1940. Khaled Benaïssa (dans le rôle de Larbi Ben M’hidi), Nabil Asli et Idir Benaybouche, sont distribués dans ce film parmi d’autres acteurs. Né en 1923 à Mila, Larbi Ben M’hidi a d’abord été militant actif du Parti du peuple algérien (PPA), puis du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), avant de siéger au Comité révolutionnaire d’unité et d’action (CRUA) en 1954. Membre fondateur du Front de libération nationale (FLN), il est pendant la guerre de libération responsable de l’Oranie puis de la Zone autonome d’Alger (ZAA), après sa participation au Congrès de la Soummam en 1956.
A la tête de la ZAA – dont il organise et coordonne les premières opérations lancées contre l’occupant français- il est arrêté le 23 février 1957 par les soldats du général Massu, à un mois du lancement de la Bataille d’Alger. Ben M’hidi sera torturé puis assassiné dans la nuit du 3 au 4 mars 1957 sur ordre du général Paul Aussaresses.