Les restes de plus de 100 personnes assassinées pendant le génocide de 1994 au Rwanda ont été découverts en périphérie de Kigali, ont rapporté des médias. Deux fosses communes contenant des dents, des fragments d’os et des vêtements, ont été retrouvées sous une maison située dans le quartier populaire de Nyamirambo, dans la capitale rwandaise, selon les mêmes sources.
«Le propriétaire de la maison dans laquelle les fosses ont été creusées, Simbizi François, décédé dans un centre de détention où il purgeait une peine à perpétuité après avoir été reconnu coupable de crimes de génocide», a déclaré Andre Gakwaya, chercheur sur le génocide de 1994 et directeur de l’Agence rwandaise d’informations (ARI).
De son côté, Paulin Rugwiro, la commissaire en charge du dossier des victimes du génocide à l’association IBUKA, en charge des rescapés du génocide, a indiqué qu’en plus des deux fosses communes découvertes, il pourrait y en avoir une troisième sous la propriété de Simbizi, ajoutant que «les recherches se poursuivent pour retrouver d’autres victimes enterrées sur ce site». Avril dernier, les restes de 78 victimes du génocide rwandais ont été retrouvés près du barrage de Kayonza, situé dans l’Est du Rwanda, une macabre découverte qui avait coïncidé avec les commémorations du 26è anniversaire du génocide. Mai 2019, environ 85.000 victimes du génocide, retrouvées dans des fosses sous des maisons à la périphérie de Kigali, ont été inhumées au Mémorial du génocide de Nyanza. Le génocide de 1994, a fait près d’un million de morts selon l’ONU. n