Le président Vladimir Poutine a renouvelé mercredi son appel aux Russes à se faire vacciner contre le Covid-19, tout en insistant sur une vaccination qui doit rester volontaire, malgré la flambée des décès depuis des semaines. «Je recommande à tous non seulement de se faire vacciner en temps et en heure, mais aussi de se faire revacciner», a déclaré M. Poutine lors d’une réunion gouvernementale par visioconférence. Il a toutefois réitéré son opposition à la vaccination obligatoire malgré la campagne d’immunisation très poussive en Russie, où une partie de la population reste méfiante face aux vaccins nationaux. «Je pense que la vaccination doit rester volontaire», a souligné Vladimir Poutine, appelant à «convaincre» les Russes de la nécessité de la vaccination plutôt que de les forcer. Seuls 37,2% des Russes sont immunisés à ce jour, selon le site spécialisé Gogov. A la mi-novembre, Alexandre Guintsbourg, le directeur du centre Gamaleïa à l’origine du vaccin phare de Moscou, le Spoutnik V, avait lui affirmé que la pandémie de coronavirus ne prendrait fin que si la vaccination devenait obligatoire. Certaines régions russes ont déjà ordonné une immunisation obligatoire pour certaines catégories de citoyens, comme par exemple la ville de Moscou en juin pour les employés du secteur des services. M. Poutine, vacciné au printemps, a annoncé dimanche dernier avoir reçu sa troisième dose de vaccin anti-Covid. Mercredi, il a affirmé s’être également fait administrer cette semaine un vaccin nasal, qui fait actuellement l’objet d’essais en Russie. «J’ai rien senti», a assuré le président russe, en ajoutant «avoir déjà fait du sport ce matin», moins de 48 heures après cette procédure. La Russie, qui compte plus de 9,4 millions de cas et 267.819 décès depuis le début de la pandémie selon les chiffres officiels, est le cinquième pays le plus meurtri au monde. Selon l’agence des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large des décès liés au virus, le bilan de la pandémie est bien plus lourd: il s’établissait à près de 450.000 morts fin septembre.