Par Bouzid Chalabi
Les scènes de tension sur le perron des agences commerciales de la compagnie Algérie Ferry, accréditées en France, telles que diffusées sur les réseaux sociaux ces derniers jours, n’ont certes pas laissé indifférents nombre de nos ressortissants à l’étranger qui aspirent à rejoindre le pays durant la période estivale. Pour preuve, ils sont des centaines à chercher à comprendre pourquoi et comment une telle situation ? Et c’est d’ailleurs à ce à quoi s’est efforcé de faire le directeur commercial de l’Entreprise nationale de transport maritime des voyageurs (ENMTV) Karim Bouznad, lors de son passage, hier dans la matinée, sur les ondes de la Radio nationale, Chaîne I.
Faut-il rappeler de prime abord que depuis l’ouverture des ventes de billets, le 15 mai dernier, et son nouveau programme de rotation de ses navires en prévision de la période estivale, l’Algérie Ferry et ses agences commerciales notamment celles implantées en France ont fait l’objet, ces deux dernières semaines, d’un véritable rush obligeant les polices locales à intervenir sur place pour tenter de calmer tous ceux et celles venues se renseigner et surtout faire une réservation de voyage. Le site de réservation Algérie Ferry s’est retrouvé inaccessible en raison d’une très forte sollicitation, alors que l’offre était de surcroît très insuffisante. Sur ce dernier point, le directeur commercial a précisé que l’ENTMV a décidé de six rotations hebdomadaires entre Marseille et Alger et une assurant la liaison Alicante/Oran. Il a reconnu que «cela reste insuffisant face à la forte demande».
A propos de la tension qu’ont connues les agences d’Algérie Ferries, accréditées en France, l’invité de la radio l’explique par «l’empressement de nos ressortissants à vouloir réserver le plus rapidement possible, craignant que tout ne soit complet».Toujours dans ce même sillage, il considère que cette forte précipitation à vouloir réserver dans l’immédiat est que «de nombreux ressortissants ne se sont pas rendus au pays pendant tout la durée de la fermeture des frontières aériennes et maritimes en raison de la pandémie de la Covid-19». Le directeur commercial a, en outre, révélé «que la plupart des tentatives de réservations ont porté sur la fin du mois de juin et la première semaine de juillet, qui coïncide avec la célébration de l’Aïd El Adha. Cela se comprend, nos ressortissants veulent surtout passer la fête religieuse avec leur proches». Et de préciser dans ce sens : «Nous avons à ce jour vendu 90% de billets pour tout le mois de juillet.» Arguant dans la foulée que «devant ce flux, il devenait quasi impossible à Algérie Ferries de répondre à toute la demande, notamment celle de juillet». Comme il a indiqué que «cette congestion de réservation va se poursuivre au moins jusqu’à la mi-août. Non sans signaler que les difficultés de réserver pourraient avoir lieu au début du mois de septembre en raison de la reprise des études universitaires en Europe».
Interrogé sur les prix des billets, il dira : «Leur revue à la baisse en cette période explique en grande partie la raison du rush au niveau de nos agences en France.» Ajoutant qu’ «à 260 euros le prix du billet donne facilement la possibilité à nos ressortissants de se rendre au pays. Ce qui n’était pas le cas auparavant quand nos tarifs étaient doubles».
Notons que Karim Bouznad est revenu sur les objectifs de transport de l’ENTMV après près de deux années de mise en rade de ses navires. «Nous prévoyons d’assurer le transport de 250 000 à 300 000 passagers par an, car l’entreprise dispose de 4 ferries au lieu de 3 après le récent renforcement de notre parc avec le navire Bordj Badji-Mokhtar, d’une capacité de transport de 1 800 passagers et 600 voitures», a-t-il déclaré .
Interrogé sur la question des conditions de voyage des passagers à bord de la flotte d’Algérie Ferries qui, rappelons-le, a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois, le directeur commercial a affirmé que sa compagnie accueillait les passagers dans les meilleures conditions, l’une des priorités de prestations de services». <