L’absence de CR7 avait fait 65 000 déçus dans le stade de Seoul. Ce jour de juillet 2019, Cristiano Ronaldo était resté sur le banc durant la confrontation des Bianconeri avec une équipe all-star de la K-League (3-3), le championnat sud-coréen. Le staff médical du club avait préconisé qu’il reste au repos à cause d’une fatigue musculaire. Le promoteur du match, The Fasta, avait pourtant insisté sur la participation de l’attaquant portugais, qui fête ses 35 aujourd’hui, et les billets (entre 23 et 300 euros) avaient été vendus en l’espace de quelques minutes.
Deux fans, qui avaient poursuivi l’agence de marketing pour publicité mensongère, ont obtenu gain de cause devant le tribunal du District d’Incheon qui a contraint le promoteur à leur verser chacun 282 euros, selon l’agence de presse locale Yonhap. D’autres plaignants se sont tournés vers la Cour centrale du district de Séoul. Aucune action n’a été engagée contre Ronaldo ou son club.
Dans cette affaire, une plainte pénale avait été déposée à l’encontre de l’agence The Fasta et la police sud-coréenne avait perquisitionné les locaux de l’agence en août. Le promoteur était accusé d’avoir escroqué quelque 6 milliards de won (4,4 millions d’euros) de vente de billets, en assurant que dans le contrat avec la Juve figurait une clause assurant la présence de la star portugaise sur le terrain pendant au moins 45 minutes.